French
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Ablavar (Vasovist) (gadofosveset trisodium) – Résumé des caractéristiques du produit - V08CA

Updated on site: 05-Oct-2017

Nom du médicamentAblavar (Vasovist)
Code ATCV08CA
Substancegadofosveset trisodium
FabricantTMC Pharma Services Ltd.
Ce médicament n’est plus autorisé
Ce médicamCe diagnostique.
Posologie

1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT

Ablavar 0,25 mmol/ml, solution injectable.

2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE

1 ml de Ablavar solution injectable contient du 244 mg (0,25 mmol) de gadofosveset trisodique équivalent à 227mg gadofosveset

Chaque flacon de 10 ml de solution contient

un total de 2,44 g (2,50 mmol) de gadofosveset

trisodique équivalent à 2.27g gadofosveset

 

 

 

Chaque flacon de15 ml de solution contient

un toal de 3,66 g (3,75 mmol) de gadofosveset trisodique

équivalent à 3.41g gadofosveset

 

 

 

Chaque flacon de 20 ml de solution contient un total de 4,88 g (5,00 mmol) de gadofosve et

trisodique équivalent à 4.54g gadofosveset

 

 

autorisé

Excipient

 

 

Ce médicament contient 6,3 mmol de sodium (ou 145 mg) par dose.

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

plus

 

 

 

3.

FORME PHARMACEUTIQUE

 

 

Solution injectable.

n'est

 

Solution limpide, incolore à jaune pâle.

 

 

 

4.

DONNÉES CLINIQUES

 

 

4.1

Indications thérapeutiques

 

 

Ce médicamentmédicamentest à usage diagnostique uniquement.

Ablavar est indiqué pour l’ ngiogr phie par résonance magnétique avec renforcement du contraste (ARM-RC) pour la visual sat on des vaisseaux de l’abdomen ou des membres uniquement chez les adultes atteints ou suspectés d’être atteints d’une pathologie vasculaire.

4.2 Posologie et mode d’administration

ne doit être utilisé que par des médecins spécialisés dans le domaine de l’imagerie

Adultes : 0,12 ml/kg de poids corporel (équivalent à 0,03 mmol/kg)

Séquences d’imagerie :

L’imagerie dynamique débute immédiatement après l’injection. L’imagerie à l’équilibre peut débuter après la prise des images dynamiques. Lors des essais cliniques, l’imagerie a eu lieu jusqu’à environ une heure après l’injection.

On ne dispose d’aucune information clinique concernant l’utilisation répétée de ce médicament.

Populations particulières

Personnes âgées (65 ans et plus)

Il n’est pas jugé nécessaire d’ajuster la posologie. Faire preuve de prudence chez les patients âgés (voir rubrique 4.4).

Insuffisance rénale

L’utilisation de Ablavar doit être évitée chez les patients atteints d’une insuffisance rénale sévère (FG < 30 ml/min/1,73 m2) et chez ceux en période périopératoire d’une greffe de foie, à moins que les informations diagnostiques soient essentielles et non disponibles avec l’image par résonance magnétique (IRM) non rehaussée par contraste (voir rubrique 4.4). Si l’utilisation de Ablavar ne peut être évitée, la dose ne doit pas dépasser 0,03 mmol/kg de poids corporel. On ne doit pas l er plus d’une dose durant un scanner. En raison du manque d’informations sur des administ at ons répétées, les injections de Ablavar ne peuvent être répétées que si les injections sont espacées de 7 jours minimum.

Insuffisance hépatique:

Aucun ajustement de la dose n’est nécessaire chez les patients souffrant d’insuffisance hépatique (voir

rubriques 5.2).

 

autorisé

Population pédiatrique

 

 

L’utilisation est déconseillée chez les nouveau-nés, l

nourrissons, les enfants et les adolescents. On

 

plus

 

ne dispose d’aucune information clinique chez desn'estpatients de moins de 18 ans.

Mode d’administrationmédicament

Ce médicament doit être administré injection unique en bolus par voie intraveineuse, manuellement ou à l’aide d’un injecteur autom tique pour résonance magnétique (injecteur IRM), en 30 secondes maximum, suivie d’un r nçage par 25 à 30 ml de sérum physiologique.

4.3 Contre-indications

HypersCensibilité à la substance active ou à l’un des excipients.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Les examens diagnostiques impliquant l’utilisation de produits de contraste pour IRM doivent être effectués sous la surveillance d’un médecin possédant une formation adéquate et une connaissance approfondie de la procédure à effectuer. Il est indispensable de disposer des équipements nécessaires pour pouvoir faire face à une éventuelle complication lors de l’examen, ainsi que pour assurer le traitement d’urgence d’éventuelles réactions sévères vis-à-vis du produit de contraste.

Les précautions de sécurité usuelles concernant l’imagerie par résonance magnétique doivent être respectées, par exemple exclusion des patients porteurs d’un stimulateur cardiaque ou d’un implant ferromagnétique.

Comme pour tout examen à visée diagnostique avec renforcement du contraste, une surveillance du patient après l’examen est recommandée, en particulier dans le cas des patients ayant des antécédents d’allergie, d’insuffisance rénale ou de réactions indésirables.

Mise en garde concernant l’hypersensibilité

Le risque de survenue de réaction, y compris une réaction grave ou mettant en jeu le pronostic vital, ou d’évolution fatale, ou anaphylactoïde ou cardio-vasculaire ou toute autre réaction idiosyncrasique, doit toujours être envisagée, tout particulièrement chez les patients présentant une hypersensibilité clinique connue, ou ayant déjà présenté une réaction avec des produits de contraste, ou ayant des antécédents d’asthme ou d’autres pathologies allergiques. L’expérience avec d’autres produits de contraste indique que le risque de réactions d’hypersensibilité est plus important chez ces patients. Des réactions retardées sont susceptibles de se produire (de plusieurs heures à plusieurs jours après administration).

Des précautions doivent également être prises dans les cas suivants :

Réactions d’hypersensibilité

En cas de réaction d’hypersensibilité (voir rubrique 4.8), arrêter immédiatement l’administration de produit de contraste et, si nécessaire, instaurer un traitement spécifique par voie intraveineuse. Il est dès lors conseillé d’utiliser une canule à demeure souple pour l’administration intrave neu e du produit de contraste. En raison de la possibilité de réactions d’hypersensibilité sévères suite à l’adm ni tration intraveineuse de produit de contraste, il est nécessaire d’être préparé à la mise en œuv e de mesures de réanimation d’urgence et de disposer du matériel nécessaire (tube endotrachéal, respirateur, médicaments appropriés…).

Comme le gadofosveset est éliminé de l’organisme principalement par excrétionautoriséurinaire, la prudence est de rigueur chez les patients souffrant d’insuffisance rénale (voir r briques 4.2 et 5.2).

Insuffisance rénale :

plus

 

Avant l’administration de Ablavar, des examensn'estde labora oire afin de rechercher une altération de la fonction rénale sont recommandés chez tous les pa ients.

Des cas de fibrose néphrogénique systémique (FNS) associée à l’utilisation de certains produits de

contraste contenant du gadolinium ont été rapportés chez des patients atteints d’une insuffisance rénale sévère aiguë ou chronique (clairance de la créa i i < 30 ml/min/1,73 m2). Les patients devant subir une transplantation hépatique sont particulièrement exposés à ce risque car l’incidence d’insuffisance rénale aiguë est élevée dans ce groupe. Eta t donné qu’il est possible que des cas de FNS surviennent avec Ablavar, l’administration de ce produit doit être évitée chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère et chez les pati nts durant la période pré ou post-opératoire d’une transplantation hépatique, sauf si le diagnostic ne peut être obtenu par d’autres moyens que l’imagerie à résonance magnétique avec injection de gadolinium.

Personnes âgéesmédicament

La réalisation d’une hémo

alyse peu de temps après l’administration de Ablavar pourrait faciliter

l’élimination de Ablavar

l’organisme. Il n’est pas établi que l’instauration d’une hémodialyse

puisse prévenir ou traiter la FNS chez les patients qui ne sont pas déjà sous hémodialyse.

CompteCet nu que la clairance rénale du gadofosveset peut être altérée chez les personnes âgées, il est particulièrement important de faire subir des tests de dépistage aux patients de 65 ans et plus, afin de détecter tout dysfonctionnement rénal éventuel.

L’hémodialyse peu de temps après l’administration de Ablavar chez des patients sous hémodialyse pourrait aider à éliminer Ablavar de l’organisme. Lors d’un essai clinique, il a été démontré que le gadofosveset peut être efficacement éliminé de l’organisme par dialyse en utilisant des filtres à haut flux.

Il n’y a aucune preuve appuyant le fait que l’initiation de l’hémodialyse pourrait prévenir ou traiter la FNS chez des patients qui ne sont pas déjà hémodialysés.

Modifications de l’électrocardiogramme

Des niveaux élevés de gadofosveset (par exemple utilisation répétée à court terme [dans un délai de 6- 8 heures] ou surdosage involontaire > 0,05 mmol/kg) peuvent être associés à un léger allongement du QT (8,5 millisecondes après correction de Fridericia). Dans le cas de niveaux élevés de gadofosveset ou d’allongement et de sous-décalage du QT le patient doit être soigneusement surveillé en incluant un monitorage cardiaque.

Stents vasculaires

Des études publiées ont montré que la présence de stents métalliques lors d’une angiographie par résonance magnétique (ARM) provoquait des artefacts. La fiabilité de la visualisation de la lumière des vaisseaux avec un stent n'a pas été évaluée avec Ablavar.

Sodium

autoriséde

 

 

odium.

4.5 Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interaction

liant c’est-

sérumalbumine humaine et dans du plasma humain), le gadofosvesetplusn’a présenté aucune interaction indésirable avec la digitoxine, le propranolol, le vérapamil, la warfarine, la phénprocoumone, l’ibuprofène, le diazépam, le kétoprofène, le naproxène, le diclofénac et le piroxicam aux concentrations cliniquement recommandées. Desn'estétudes in vi ro utilisant des microsomes hépatiques humains n’indiquaient aucune capacité à inhiber le sy tème enzymatique du cytochrome P450.

Interactions avec des paramètres de laboratoire

Au cours des essais cliniques utilisant le Ablavar, aucune tendance spécifique indiquant une

interaction potentielle du ent avec des méthodes d’analyse de laboratoire n’a été observée.

4.6 Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse

Au cours d’une étude clinique, il a été démontré que le gadofosveset n’affecte pas la fraction non liée de la warfarinemédicamentdans le plasma. L’activité an icoagula te de la warfarine n’était pas modifiée et l’efficacité du médicament n’était pas influencée.

Il n’existe aucune donnée concernant l’utilisation de Ablavar chez la femme enceinte. Des études chez l’animal ont ontré que des doses élevées répétées ont un pouvoir reprotoxique (voir rubrique 5.3). AblavarCene doit pas être utilisé chez la femme enceinte, à moins que son état clinique exige qu’on l’utilise.

Allaitement

Les produits de contraste contenant du gadolinium sont excrétés en très petites quantités dans le lait maternel (voir rubrique 5.3). En doses cliniques, on ne s’attend pas à ce que ce médicament ait un effet délétère chez le nourrisson, étant donné que seule une petite quantité est excrétée dans le lait et que la résorption intestinale est médiocre. C’est au médecin et à la mère qui allaite qu’il incombe de décider de continuer à allaiter ou d’arrêter Ablavar pendant les 24 heures suivant son administration.

4.7Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Aucune étude de l’effet que pourrait avoir le médicament sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines n’a été réalisée. Peu fréquemment, des étourdissements ou des problèmes de

vision peuvent survenir avec ce médicament. Si un patient ressent l’un de ces effets, il/elle ne doit pas conduire de véhicule ou utiliser une machine.

4.8 Effets indésirables

Les effets indésirables les plus fréquents étaient : prurit, paresthésie, céphalées, nausées, vasodilatation, sensations de brûlure et dysgueusie. La majorité des effets indésirables étaient d’intensité faible à modérée.

La plupart des réactions indésirables (80 %) sont survenues dans les deux heures après administration. Des réactions retardées (après plusieurs heures, voire plusieurs jours) peuvent se produire.

Données des essais cliniques

Au cours des essais cliniques sur plus de 1 800 patients, les effets indésirables suivants ont été observés.

Le tableau ci-dessous répertorie les effets indésirables selon la classe de systèmes d’organes MedDRA.

Dans chaque groupe de fréquence, les effets indésirables sont présentés dans l’ordre déc issant de gravité.

Classes de systèmes

Fréquent

Peu fréquent

 

R re

d’organes

 

(1/100)

(1/1 000 à < 1/100)

(1/10 000 à < 1/1 000)

(MedDRA)

 

 

 

 

autorisé

 

 

 

 

 

Infections et

 

 

Nasopharyngite

plus

Cellulite,

infestations

 

 

 

Infection des voies

 

 

 

 

urinaires

 

 

 

 

 

Affections du

 

Hypers nsibilité

 

 

système

 

 

 

 

 

immunitaire

 

 

 

 

Troubles du

 

 

Hyperglycémie, déséquilibre

Hyperkaliémie,

métabolisme et de

 

élec rolytiquen'est(dont

 

Hypokaliémie,

la nutrition

 

 

hypocalcémie)

 

Hypernatrémie,

 

 

 

 

 

Diminution de l’appétit

 

 

 

 

 

 

Affections

 

 

Anxiété,

 

Hallucination,

psychiatriques

 

Confusion

 

Rêves anormaux

 

 

 

 

 

Affections du

C phalées,

Étourdissements (à

 

 

système nerveux

Paresthésie,

l’exclusion des vertiges),

 

 

 

Dysgueusie,

Tremblements,

 

 

 

 

Sensation de

Hypoesthésie,

 

 

Ce

 

médicament

Parosmie,

 

 

 

brûlure

 

 

 

 

Agueusie,

 

 

 

 

Contractions musculaires

 

 

 

involontaires

 

 

Affections oculaires

 

Vision anormale,

 

Sensation anormale au

 

 

 

Augmentation de la

 

niveau oculaire,

 

 

 

sécrétion lacrymale

 

Asthénopie

 

 

 

 

 

Affections de

 

 

 

Douleurs auriculaires

l’oreille et du

 

 

 

 

labyrinthe

 

 

 

 

 

Affections

 

 

Bloc auriculo-ventriculaire

Flutter cardiaque,

Classes de systèmes

Fréquent

Peu fréquent

 

Rare

d’organes

 

(≥ 1/100)

(≥ 1/1 000 à < 1/100)

(≥ 1/10 000 à < 1/1 000)

(MedDRA)

 

 

 

 

 

 

cardiaques

 

 

de premier degré,

 

Ischémie myocardique,

 

 

 

Prolongation du segment

Bradycardie,

 

 

 

QT à

 

Fibrillation auriculaire,

 

 

 

l’électrocardiogramme,

Palpitations,

 

 

 

Tachycardie,

 

Sous-décalage du

 

 

 

Anomalies de

 

segment ST à

 

 

 

l’électrocardiogramme

l’électrocardiogramme,

 

 

 

 

 

Diminution d’amplitude

 

 

 

 

 

de l’onde T à

 

 

 

 

 

l’électrocardiogramme

 

 

 

 

 

 

Affections

 

Vasodilatation

Phlébite,

 

Réaction anaphylactoïde,

vasculaires

 

(dont bouffées)

Hypertension,

 

Hypotension,

 

 

 

Refroidissement

 

Artériosclé se

 

 

 

périphérique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Affections

 

 

Dyspnée,

 

Dépression respiratoire

respiratoires,

 

Toux

 

 

autorisé

thoraciques et

 

 

 

 

 

 

 

 

 

médiastinales

 

 

 

 

 

Affections gastro-

Etats nauséeux

Vomissements,

plus

 

 

intestinales

 

 

Nausées,

 

 

 

 

 

Diarrhées,

 

 

 

 

 

Douleurs abdominales,

 

 

 

 

 

Douleur pharyngo-laryngée,

 

 

 

 

 

Gê e abdominale,

 

 

 

 

 

 

Fla ule ce,

 

 

 

 

 

 

Hypoesthésien'estdes lèvres,

 

 

 

 

 

Hypersécrétion salivaire,

 

 

 

 

 

Dyspepsie,

 

 

 

 

 

 

Sécheresse buccale,

 

 

 

 

 

 

Prurit anal

 

 

 

 

 

Prurit

Urticaire,

 

Œdème facial,

Affections de la

 

Éruption (rash),

 

Moiteur

peau et du tissu

 

Erythème,

 

 

 

sous-cutané

 

Sudation excessive

 

 

 

 

 

 

 

 

Affections

médicament

Douleurs dans les membres,

Raideur musculaire,

musculo-

Douleur dans le cou

Sensation de lourdeur

squel ttiqu s et

 

Crampes musculaires,

 

 

systémiques

 

Spasmes musculaires

 

 

Ce

 

 

 

 

Affections du rein

 

Hématurie,

 

Miction impérieuse,

et des voies

 

 

Microalbuminurie,

 

Douleur rénale,

urinaires

 

 

Glucosurie

 

Pollakiurie

 

 

 

 

 

Affections des

 

Prurit génital,

 

Douleur pelvienne

organes de

 

 

Sensation de brûlure

 

 

reproduction et du

 

génitale

 

 

 

sein

 

 

 

 

 

 

Troubles généraux

Sensation de froid

Douleur,

 

Fièvre,

et anomalies au site

 

Douleur thoracique,

Frissons

Classes de systèmes

Fréquent

Peu fréquent

Rare

d’organes

(≥ 1/100)

(≥ 1/1 000 à < 1/100)

(≥ 1/10 000 à < 1/1 000)

(MedDRA)

 

 

 

d’administration

 

Douleur inguinale,

Faiblesse,

 

 

Fatigue,

Sensation d’oppression

 

 

Sensations anormales,

thoracique,

 

 

Sensation de chaleur,

Thrombose au point

 

 

Douleur au point

d’injection

 

 

d’injection, Érythème au

Contusion au point

 

 

point d’injection, Sensation

d’injection,

 

 

de froid au point d’injection

Inflammation au point

 

 

 

d’injection,

 

 

 

Sensation de brûlure au

 

 

 

point d’injection,

 

 

 

Extravasation au point

 

 

 

d’injection,

 

 

 

Hémorragie au point

 

 

 

d’injec n,

 

 

 

Pr rit au point

 

 

 

d’injection,

 

 

 

Sens tion de pression

 

 

 

autorisé

Lésions,

 

plus

Douleur au niveau du

intoxications et

 

membre fantôme

complications

 

 

procédurales

 

 

Des cas de fibrose néphrogénique systémique (FSN) ont été rapportés avec d’autres produits de

contraste contenant du gadolinium (voir rubrique 4.4).

 

Comme pour les autres produits de contras i raveineux,n'estce médicament peut être associé à des

réactions anaphylactoïdes / d’hypers nsibilité caractérisées par des manifestations cutanées,

respiratoires et/ou cardio-vasculaires pouvant engendrer un choc.

 

4.9 Surdosage

 

 

 

5. PROPRIÉTÉS PHARMACOLOGIQUES

Ablavar peut médicamentêtre élim né de l’organisme par hémodialyse. Toutefois, il n’est pas démontré que l’hémodialyse soit appropr ée dans la prévention de la fibrose néphrogénique systémique (FNS).

5.1 CePropriétés pharmacodynamiques

Classe pharmacothérapeutique : produit de contraste, produit de contraste paramagnétique, code ATC : V08 A

Ablavar est une formulation d’un chélate stable d’acide gadolinium-diéthylènetriaminepentaacétique (GdDTPA) substitué par un groupe diphénylcyclohexylphosphate (gadofosveset trisodique), destiné à être utilisé en imagerie par résonance magnétique (IRM).

Le gadofosveset se lie de manière réversible à la sérumalbumine humaine. La liaison aux protéines accroît jusqu’à dix fois la relaxivité T1 du gadofosveset par rapport aux chélates de gadolinium non liés aux protéines. Lors des études chez l’homme, le gadofosveset raccourcit notablement les valeurs de T1 du sang jusqu’à 4 heures après injection intraveineuse sous forme de bolus. La relaxivité mesurée dans le plasma était de 33,4 à 45,7 mM-1s-1 pour un intervalle de dose allant jusqu’à

0,05 mmol/kg à 20 MHz. Des images ARM à haute résolution des structures vasculaires peuvent être

obtenues jusqu’à une heure après administration de ce médicament. La fenêtre d’imagerie vasculaire prolongée du gadofosveset est due à une relaxivité accrue et à un séjour prolongé dans l’espace vasculaire résultant de sa liaison aux protéines plasmatiques. Aucune étude comparative avec le gadolinium extracellulaire n’a été réalisée.

La sécurité et l’efficacité de Ablavar chez des patients de moins de 18 ans n’ont pas été établies

5.2 Propriétés pharmacocinétiques

Distribution

Le profil concentration plasmatique-temps du gadofosveset administré par voie intraveineuse est

compatible avec un modèle ouvert à deux compartiments. Après administration intraveineuse d’une

dose de 0,03 mmol/kg, la demi-vie moyenne de la phase de distribution (t1/2α) est de

Elimination

autorisé

0,48 ± 0,11 heures et le volume de distribution à l’équilibre de 148 ± 16 ml/kg, ce qui correspond approximativement au volume de liquide extracellulaire. La liaison aux protéines plasmat ques e situe dans un intervalle de 80 % à 87 % pendant les quatre premières heures après injection maximum.

Biotransformation

Les résultats de diverses évaluations d’échantillons de plasma et d’urine indiq ent que le gadofosveset ne subit aucun métabolisme mesurable.

Chez des volontaires sains, le gadofosveset est principalement plusé iminé par voie urinaire, 84 % (intervalle 79 – 94%) de la dose injectée (0,03 mmol/kg) étant excrétés dans les urines en 14 jours.

Quatre-vingt quatorze pour cent (94 %) de l’excrétion urinaire survient au cours des premières 72 heures. Une faible proportion de la dose de gadofon'estve et e retrouve dans les selles (4,7 %, intervalle 1,1 – 9,3%), ce qui indique un rôle mineur de l’excrétion biliaire dans l’élimination du

gadofosveset. Après administration intraveineuse d’une dose de 0,03 mmol/kg, la clairance rénale (5,51 ± 0,85 ml/h/kg) et la clairance totale (6,57 ± 0,97 ml/h/kg) sont similaires et la demi-vie moyenne d’élimination terminale est de 18,5 ± 3,0 heures.

Caractéristiquesmédchez lesicamentpatients

Insuffisance rénale Chez les patients atteints d’insuffisance rénale modérée à sévère, la demi-vie est significativement prolongée et l’ASC est augmentée d’un facteur 2 à 3.

Patients sous hémodialyse

Le gadofosveset peut être él miné de l’organisme par hémodialyse. Après administration intraveineuse d’une dose unique 0,05 mmol/kg chez des patients nécessitant trois fois par semaine une hémodialyse avec un filtre à haut flux, à la fin de la troisième séance de dialyse, la concentration plasmatique était descendue à moins de 15 % de la Cmax. Au cours des séances de dialyse, la demi-vie moyenne de réduction de la concentration plasmatique était de l’ordre de 5 à 6 heures. La clairance moyenneCepar dialyse se situe entre 16 et 32 ml/h/kg. Un filtre de dialyse à haut flux est plus efficace qu’un filtre à bas flux, aussi l’utilisation d’un filtre de dialyse à haut flux est recommandée.

Insuffisance hépatique

La pharmacocinétique plasmatique et la liaison aux protéines du gadofosveset ne sont pas significativement influencées par une insuffisance hépatique modérée (Child Pugh B). On observe une légère réduction de l’élimination fécale de gadofosveset chez les sujets atteints d’insuffisance hépatique (2,7%) comparés à des sujets normaux (4,8%). Chez un sujet atteint d’insuffisance hépatique modérée et présentant des taux d’albumine sérique anormalement faibles, la clairance totale et la demi-vie du gadofosveset indiquaient une clairance plus rapide que chez des sujets atteints d’insuffisance hépatique modérée et présentant des taux d’albumine sérique normaux.

5.3 Données de sécurité précliniques

Les données précliniques issues des études conventionnelles de pharmacologie de sécurité, de toxicité aiguë, de tolérance locale, de potentiel de sensibilisation par contact et de génotoxicité n’ont pas révélé de risque particulier pour l’homme.

Aucune étude de cancérogénèse n’a été réalisée.

Toxicité de doses répétées

Les études de toxicologie en administration répétée ont révélé une vacuolisation des cellules tubulaires rénales avec de fortes présomptions de réversibilité de cet effet. Aucune détérioration fonctionnelle n’a été constatée et des études au microscope électronique sur des reins de rat indiquaient que la vacuolisation observée était principalement due à un phénomène de stockage. Les effets étaient plus marqués chez le rat que chez le singe, probablement en raison de la clairance rénale plus élevée chez le

rat. Chez le singe, aucun effet rénal n’était observé après une administration unique, même à une dose

% de la dose de gadofosveset administrée passe dans le lait maternel.

autorisé

cent fois plus élevée que la dose clinique.

 

Toxicité pour les fonctions de reproduction

Chez le lapin, on a constaté une augmentation du nombre de résorptions précoces et une augmentation légère mais significative du nombre d’anomalies fœtales (en particulier hydrocéphalie et rotation anormale des membres) à des doses pour lesquelles aucune toxicité maternelle ou seulement une toxicité maternelle légère était observée (exposition correspondant respectivement à 2 et 5 fois le

niveau d’exposition attendu chez l’homme). Dans une étude animale, il été démontré que moins de 1

6.

 

DONNÉES PHARMACEUTIQUES

plus

 

n'est

6.1

 

Liste des excipients

 

Fosveset

 

 

Hydroxyde de sodium

 

 

 

 

médicament

Acide chlorhydrique

 

Eau pour préparations injectables

 

6.2

 

Incompatibilités

 

 

En l’absence d’études de compatibilité, ce médicament ne doit pas être mélangé avec d’autres

médicaments.

 

 

 

6.3

 

Durée de conservation

 

 

3 ans.

 

 

 

 

Après ouverture : le

doit être utilisé immédiatement.

6.4

Ce

 

 

 

 

Précautions particulières de conservation

Conserver le flacon pour injection dans la boîte en carton afin de le protéger de la lumière.

6.5Nature et contenu de l’emballage extérieur

Flacons de 10 et 20 ml en verre incolore de type I avec bouchon en élastomère de chloro- ou bromobutyle et capsule à rebord en aluminium (disque en plastique).

Tailles des conditionnements :

1, 5 ou 10 10 ml (en flacons de verre de 10 ml) 1, 5 ou 10 15 ml (en flacons de verre de 20 ml) 1, 5 ou 10 20 ml (en flacons de verre de 20 ml)

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

6.6 Précautions particulières d’élimination et de manipulation

Ce médicament est délivré prêt à l’emploi et se présente sous la forme d’une solution aqueuse limpide, incolore à jaune pâle.

Ne pas utiliser les produits de contraste en cas de coloration anormale, en présence de particules ou lorsque le conditionnement est défectueux.

Les flacons ne sont pas destinés au prélèvement de doses multiples. Le bouchon de caoutchouc ne doit jamais être percé plus d’une fois. Après prélèvement de la solution dans le flacon, celle-ci doit être utilisée immédiatement.

L’étiquette de suivi à détacher fournie avec les flacons doit être collée sur le dossier du patient afin

d’enregistrer avec exactitude le produit de contraste à base de gadolinium qui a été utilisé.

 

 

 

 

autorisé

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementat on locale en

vigueur.

 

 

 

 

 

 

n'est

plus

 

 

médicament

 

 

Ce

 

 

 

 

 

 

 

Date de première autorisation : 3 Octobre 2005 Date du dernier renouvellement :

7. TITULAIRE DE L’AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHÉ

TMC Pharma Services Ltd., Finchampstead, Berkshire RG40 4LJ Royaume Uni.

8. NUMÉRO(S) D’AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHÉ

EU/1/05/313/001-009

9. DATE DE PREMIÈRE AUTORISATION/DE RENOUVELLEMENT DE L’AUTORISATION

10. DATE DE MISE À JOUR DU TEXTE

 

 

 

 

autorisé

Des informations détaillées sur ce médicament sont disponibles sur le site internet de l’Agence

européenne du médicament - http://www.ema.europa.eu/.

plus

 

 

 

n'est

 

 

médicament

 

 

Ce

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
  • Aide
  • Get it on Google Play
  • À propos
  • Info on site by:

  • Presented by RXed.eu

  • 27558

    médicaments délivrés sur ordonnance répertoriés