French
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
Choisir la langue du site

Pandemic influenza vaccine H5N1 AstraZeneca (Pandemic influenza vaccine H5N1 Medimmune) (reassortant influenza virus (live attenuated)...) – Résumé des caractéristiques du produit - J07BB03

Updated on site: 09-Oct-2017

Nom du médicamentPandemic influenza vaccine H5N1 AstraZeneca (Pandemic influenza vaccine H5N1 Medimmune)
Code ATCJ07BB03
Substancereassortant influenza virus (live attenuated) of the following strain: A/Vietnam/1203/2004 (H5N1) strain
FabricantAstraZeneca AB

Ce médicament fait l’objet d’une surveillance supplémentaire qui permettra l’identification rapide de nouvelles informations relatives à la sécurité. Les professionnels de la santé déclarent tout effet indésirable suspecté. Voir rubrique 4.8 pour les modalités de déclaration des effets indésirables.

1.DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT

Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca, suspension pour pulvérisation nasale Vaccin grippal pandémique (H5N1) (vivant atténué, nasal)

2.COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE

1 dose (0,2 ml) contient :

Virus* grippal réassorti (vivant atténué) de la souche suivante** :

A/Vietnam/1203/2004 (H5N1)

107,0±0,5 UFF ***

(A/Vietnam/1203/2004, MEDI 0141000136)

*cultivé sur œufs embryonnés de poules provenant d’élevages sains.

**produite sur cellules Vero par technologie de génétique inverse. Ce produit contient des organismes génétiquement modifiés (OGM).

***unités formant foyer

Ce vaccin est conforme à la recommandation de l’OMS et à la décision de l’UE en cas de situation pandémique.

Le vaccin peut contenir des résidus des substances suivantes : protéines d’œuf (ex : ovalbumine) et gentamicine. La quantité maximale d’ovalbumine est inférieure à 0,024 microgrammes par dose de 0,2 ml (0,12 microgrammes par ml).

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

3.FORME PHARMACEUTIQUE

Suspension pour pulvérisation nasale

La suspension est incolore à jaune pâle, limpide à opalescente. De petites particules blanches peuvent être présentes.

4.DONNÉES CLINIQUES

4.1Indications thérapeutiques

Prévention de la grippe en cas de pandémie officiellement déclarée chez les enfants et adolescents âgés de 12 mois à moins de 18 ans.

Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca doit être utilisé selon les recommandations officielles.

4.2Posologie et mode d’administration

Posologie

Enfants et adolescents âgés de 12 mois à moins de 18 ans

0,2 ml (0,1 ml administré dans chaque narine).

Deux doses sont recommandées pour tous les enfants et adolescents. La seconde dose devra être administrée après un intervalle d’au moins 4 semaines.

Enfants âgés de moins de 12 mois

Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca ne doit pas être utilisé chez les enfants de moins de 12 mois, pour des raisons de sécurité liées à l’augmentation des taux d’hospitalisation et d’épisodes de sifflements dans cette population (voir rubrique 4.8).

Mode d’administration

Le vaccin doit être administré par voie nasale.

Ne pas injecter Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca.

Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca est administré en une dose répartie dans chaque narine. Après avoir administré la moitié de la dose dans une narine, administrer l’autre moitié de la dose dans l’autre narine immédiatement ou dans un court délai. Le patient peut respirer normalement lors de l’administration du vaccin. Il est inutile d’inhaler profondément ou de renifler.

Pour les instructions concernant l’administration, voir la rubrique 6.6.

4.3Contre-indications

Antécédent de réaction anaphylactique (c’est-à-dire mettant en jeu le pronostic vital) à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1 (ex : gélatine), ou à la gentamicine (traces de résidus possibles), aux œufs ou aux protéines de l’œuf (ex : ovalbumine). Cependant, en cas de pandémie, il peut être justifié d’administrer ce vaccin, à condition qu’un équipement médical de réanimation soit disponible immédiatement en cas de besoin.

4.4Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

L’administration de ce vaccin à des personnes ayant des antécédents d’hypersensibilité (autre qu’une réaction anaphylactique) à la substance active ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1 ou aux résidus à l'état de traces (gentamicine, œufs ou protéines de l’œuf, ovalbumine) doit faire l'objet de précautions. Il est recommandé de toujours disposer d’un traitement médical approprié et d’assurer une surveillance, afin de prendre en charge une réaction anaphylactique ou d’hypersensibilité suite à l’administration du vaccin.

Il n’existe aucune donnée concernant l’administration de Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca chez les enfants et adolescents âgés de moins de 18 ans recevant un traitement par salicylés. En raison de l’association du syndrome de Reye avec les salicylés et l’infection par un virus de la grippe de type sauvage, les professionnels de santé doivent évaluer les avantages et risques potentiels relatifs à l’administration du vaccin en cas de pandémie (voir rubrique 4.5).

La réponse immunitaire chez les patients présentant un déficit immunitaire congénital ou acquis peut être insuffisante.

Il n’existe aucune donnée chez les personnes présentant un déficit immunitaire significatif. En cas de pandémie, les professionnels de santé doivent évaluer les avantages et risques potentiels relatifs à l’administration du vaccin, ainsi que les alternatives possibles, chez les enfants et adolescents présentant un déficit immunitaire significatif en raison d’une pathologie ou d’un traitement

immunosuppresseurs tels que : une leucémie aiguë ou chronique, un lymphome, une infection symptomatique par le VIH, une immunodéficience cellulaire et la prise de corticoïdes à fortes doses.

La tolérance de Vaccin grippal vivant atténué (LAIV) saisonnier chez les enfants présentant un asthme sévère ou une respiration sifflante en cours n’a pas fait l’objet d’études cliniques adaptées. Les professionnels de santé doivent évaluer les avantages et risques potentiels relatifs à l’administration de Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca à ces personnes.

Dans une étude menée avec Vaccin grippal vivant atténué trivalent (T/LAIV), une augmentation de l’incidence médicalement significative de respirations sifflantes a été observée chez les enfants âgés de 12 à 23 mois (voir rubrique 4.8).

Il convient d’informer les personnes vaccinées que Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca est un vaccin constitué d’un virus vivant atténué susceptible d’être transmis à des sujets immunodéprimés. Il est conseillé aux personnes vaccinées d’éviter, autant que possible, le contact étroit avec des sujets sévèrement immunodéprimés (ex : bénéficiaires d’une greffe de moelle osseuse nécessitant un isolement) pendant 1 à 2 semaines suivant la vaccination. L’excrétion du virus vaccinal H5N1 chez les adultes a été extrêmement limitée. Les études cliniques avec Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca indiquent un pic d’incidence de présence du virus vaccinal 1 à 2 jours après la vaccination. Dans les situations où le contact avec des patients sévèrement immunodéprimés ne peut être évité, le risque potentiel de transmission du virus vaccinal grippal doit être mis en balance avec le risque de contracter et de transmettre un virus grippal de type sauvage.

Il est conseillé de ne pas administrer Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca aux personnes sous traitement par des antiviraux contre la grippe dans les 48 heures suivant l’arrêt du traitement antiviral contre la grippe.

Il n’existe pas de données concernant la tolérance de l’administration intranasale de Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca chez les enfants souffrant de malformations cranio-faciales non corrigées.

4.5Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interactions

Ne pas administrer Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca aux enfants et adolescents âgés de moins de 18 ans recevant un traitement par salicylés (voir rubrique 4.4). Ne pas utiliser les salicylés chez les enfants et les adolescents dans les 4 semaines suivant la vaccination, sauf indication médicale contraire. En effet, des cas de syndrome de Reye ont été rapportés suite à l’utilisation de salicylés au cours d’une infection par un virus de la grippe de type sauvage.

La co-administration de Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca avec des vaccins inactivés ou avec le vaccin saisonnier Fluenz Tetra n’a pas été étudiée.

Des données concernant la co-administration du vaccin grippal vivant atténué trivalent (T/LAIV) par voie intranasale et de vaccins vivants atténués (le vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR), le vaccin contre la varicelle, ainsi que le vaccin oral poliomyélitique) sont disponibles et suggèrent que l’administration concomitante de Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca avec ces vaccins vivants peut être acceptable.

Les antiviraux contre la grippe pouvant potentiellement diminuer l’efficacité en vie réelle de Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca, il est conseillé de ne pas administrer le vaccin dans les

48 heures suivant l’arrêt du traitement antiviral contre la grippe. L’administration d’antiviraux contre la grippe dans les deux semaines suivant la vaccination peut affecter la réponse au vaccin.

Si des antiviraux contre la grippe et Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca sont administrés de manière concomitante, il convient d’envisager une seconde vaccination en fonction de l’évaluation clinique du patient.

4.6Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse

Il n’existe pas de données sur l’utilisation de Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca chez la femme enceinte.

Il existe des données limitées sur l’utilisation du vaccin T/LAIV et du vaccin saisonnier Fluenz Tetra chez la femme enceinte. Les données chez 138 femmes enceintes pour lesquelles une administration du vaccin T/LAIV saisonnier était enregistrée dans une base de données américaine de compagnies d’assurance n’indiquent pas d’issues défavorables significatives pour la mère. Sur 27 cas rapportés d’administration du T/LAIV chez des femmes enceintes issus du système américain de signalement des effets indésirables des vaccins (US Vaccine Adverse Event Reporting System, VAERS), aucune caractéristique inhabituelle de complication de la grossesse ou de l’évolution fœtale n’a été observée. De même, sur 113 cas rapportés issus du VAERS relatifs à l’administration par voie intranasale du vaccin vivant atténué monovalent(H1N1) 2009 AstraZeneca chez des femmes enceintes issus du VAERS, aucune caractéristique inhabituelle de complication de la grossesse ou de l’évolution fœtale n’a été observée.

Les études de toxicité sur le développement menées chez l'animal et portant sur les vaccins T/LAIV et Fluenz Tetra n'indiquent pas d’effets nocifs directs ou indirects sur la reproduction. Les données post- commercialisation d’administration par inadvertance des vaccins saisonniers pendant la grossesse sont plutôt rassurantes.

Les professionnels de santé doivent évaluer les avantages et risques potentiels relatifs à l’administration de Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca aux femmes enceintes.

Allaitement

On ne sait pas si Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca est excrété dans le lait maternel humain. Par conséquent, sachant que certains virus sont excrétés dans le lait maternel, le vaccin ne doit pas être utilisé pendant l’allaitement.

Fertilité

Il n’existe aucune donnée sur les éventuels effets de Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca sur la fertilité masculine et féminine.

4.7Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca n’a aucun effet ou qu’un effet négligeable sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines.

4.8Effets indésirables

Résumé du profil de tolérance

L’évaluation du profil de tolérance de Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca est basée sur un nombre limité de sujets adultes.

Dans les études cliniques, le profil de tolérance de Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca était comparable au profil de tolérance des vaccins saisonniers T/LAIV et Fluenz Tetra (voir rubrique 5.1 pour plus d’informations).

Les études cliniques ont évalué l’incidence des effets indésirables chez 59 adultes âgés de 18 à 49 ans recevant au moins une dose de Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca. Des données supplémentaires ont été obtenues chez 289 adultes inclus dans des études de vaccins candidats pour 7 sous-types supplémentaires de grippe et chez 240 adultes et 259 enfants inclus dans des études du vaccin monovalent pandémique H1N1 2009.

Les effets indésirables les plus fréquents observés dans les études cliniques réalisées avec Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca chez des adultes sains ont été les céphalées (25,4 %) et les infections des voies respiratoires supérieures (10,2 %).

Population pédiatrique

Liste des effets indésirables

D’après les études cliniques et les études de surveillance post-commercialisation du T/LAIV et de Fluenz Tetra chez plus de 110 000 enfants et adolescents âgés de 2 à 17 ans, les fréquences des effets indésirables sont rapportées comme suit :

Très fréquent (≥ 1/10) Fréquent (≥ 1/100 à < 1/10)

Peu fréquent (≥ 1/1 000 à < 1/100) Rare (≥ 1/10 000 à < 1/1 000) Très rare (< 1/10 000)

Affections du système immunitaire

Peu fréquent : réactions d’hypersensibilité (y compris œdème facial, urticaire et, très rarement, réactions anaphylactiques)

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Très fréquent : diminution de l’appétit

Affections du système nerveux

Très fréquent : céphalées

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

Très fréquent : congestion nasale/rhinorrhée

Peu fréquent : épistaxis

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Peu fréquent : éruption cutanée

Affections musculo-squelettiques et systémiques

Fréquent : myalgies

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Très fréquent : malaise

Fréquent : fièvre

Description d’effets indésirables sélectionnés

Enfants âgés de moins de 12 mois

Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca ne doit pas être utilisé chez les enfants âgés de moins de 12 mois (voir rubrique 4.2). La tolérance et l’efficacité du vaccin n’ont pas été établies dans cette population. Aucune donnée n’est disponible.

Dans une étude clinique contrôlée du T/LAIV versus un vaccin grippal injectable trivalent (MI- CP111), une augmentation du nombre d’hospitalisations (toutes causes confondues) a été observée dans les 180 jours suivant l’administration de la dernière dose du vaccin, chez les enfants âgés de 6 à 11 mois (6,1 % avec le T/LAIV contre 2,6 % avec le vaccin grippal injectable). La plupart des hospitalisations étaient dues à des infections des voies respiratoires et gastro-intestinales et sont

survenues plus de 6 semaines après la vaccination. Le taux d’hospitalisations n’a pas augmenté chez les patients âgés de 12 mois et plus ayant reçu le T/LAIV et les taux chez les nourrissons et les enfants âgés de 12 à 23 mois ont été de 3,2 % avec le T/LAIV contre 3,5 % avec le vaccin grippal injectable.

Sifflement chez les enfants âgés de moins de 24 mois

Dans la même étude, une augmentation de la fréquence des épisodes de sifflement sur 42 jours a été observée chez les nourrissons et les enfants âgés de 6 à 23 mois (5,9 % avec le T/LAIV contre 3,8 % avec le vaccin grippal injectable). Les taux correspondants pour les nourrissons et les enfants âgés de 12 à 23 mois ont été de 5,4 % et 3,6 % avec respectivement le T/LAIV et le vaccin grippal injectable. Un total de 20 sujets (12 avec le T/LAIV, 0,3 % ; 8 avec le vaccin grippal injectable, 0,2 %) ont été hospitalisés en lien avec un sifflement médicalement significatif. Aucun décès n’a résulté de ces événements et aucun des enfants hospitalisés n’a eu besoin d’une ventilation mécanique ou d’une admission en unité de soins intensifs. La fréquence des épisodes de sifflement n’a pas augmenté chez les patients âgés de plus de 24 mois ayant reçu le T/LAIV.

Pathologies chroniques

Bien que la tolérance du T/LAIV chez les enfants et adolescents atteints d’un asthme léger à modéré ait été établie, les données chez les enfants atteints d’autres maladies pulmonaires ou de maladies cardiovasculaires, rénales ou métaboliques chroniques sont limitées.

Dans une étude (D153-P515) chez des enfants asthmatiques âgés de 6 à 17 ans (T/LAIV saisonnier : n = 1 114, vaccin grippal injectable saisonnier : n = 1 115), aucune différence significative n’a été constatée entre les groupes de traitement en termes d’incidence d’exacerbations de l’asthme, de débit expiratoire de pointe moyen, de scores de symptômes de l’asthme ou de réveil nocturne. L’incidence des sifflements dans les 15 jours suivant la vaccination était inférieure dans le groupe vacciné par le T/LAIV par rapport à celui ayant reçu le vaccin inactivé saisonnier (19,5 % vs 23,8 %, p = 0,02).

Dans une étude (AV010) chez des enfants et adolescents âgés de 9 à 17 ans atteints d’asthme modéré à sévère (T/LAIV saisonnier : n = 24, placebo : n = 24), le critère de tolérance principal, l’évolution du volume expiratoire maximal par seconde (VEMS) en pourcentage de la normale prédite mesuré avant et après la vaccination, ne différait pas entre les bras de traitement.

Autres populations particulières :

Sujets immunodéprimés

Dans l’ensemble, le profil de tolérance du T/LAIV chez un nombre limité de sujets séronégatifs pour le VIH et légèrement à modérément immunodéprimés, de sujets avec une infection par le VIH asymptomatique ou légèrement symptomatique ou de sujets atteints de cancer (tumeurs solides et hémopathies malignes) a été comparable à celui observé chez les sujets sains et n’indique aucun effet délétère. Aucune donnée n’est disponible chez les sujets sévèrement immunodéprimés (voir rubrique 4.4). En cas de pandémie, l’utilisation de Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca chez les sujets légèrement à modérément immunodéprimés pourra être envisagée après avoir mis en balance les bénéfices attendus et les risques potentiels pour chaque sujet.

Expérience post-commercialisation avec le T/LAIV saisonnier

De très rares cas de syndrome de Guillain-Barré et d’exacerbation des symptômes du syndrome de Leigh (encéphalomyopathie mitochondriale) ont également été observés.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de la santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration – voir Annexe V.

4.9Surdosage

L’administration du double de la dose recommandée du vaccin saisonnier Fluenz Tetra et du vaccin vivant atténué trivalent contre la grippe saisonnière (T/LAIV) par voie intranasale a été rapportée après commercialisation. Les effets indésirables rapportés étaient semblables à ceux observés avec l’administration de la dose recommandée du T/LAIV et de Fluenz Tetra.

5.PROPRIÉTÉS PHARMACOLOGIQUES

5.1Propriétés pharmacodynamiques

Classe pharmacothérapeutique : Vaccins grippaux, vivants atténués ; code ATC : J07BB03

La souche du virus grippal de Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca est (a) adaptée au froid (ca) ; (b) thermosensible (ts) ; et (c) atténuée (att). Le virus doit infecter les cellules qui tapissent le rhinopharynx de la personne vaccinée et s’y répliquer pour induire une immunité protectrice.

Études cliniques

Cette rubrique décrit l’expérience clinique observée dans trois études pivots conduites avec Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca chez des adultes. Par ailleurs, les études conduites avec le vaccin grippal pandémique LAIV H1N1 2009 de AstraZeneca et avec le T/LAIV saisonnier sont également prises en compte car tous ces vaccins sont fabriqués selon le même procédé, ils sont administrés par la même voie et ils ont été principalement étudiés chez des sujets naïfs.

Études pédiatriques

Vaccin grippal pandémique LAIV H1N1 chez les enfants âgés de 2 à 17 ans

Dans l’étude clinique MI-CP217, la tolérance et l’immunogénicité descriptive d’un vaccin grippal vivant atténué monovalent (dérivé de la souche A/California/7/2009) développé pour la pandémie de grippe H1N1 de 2009 ont été évaluées chez un total de 326 sujets randomisés (259 sujets vaccin monovalent ; 65 sujets placebo) et 324 sujets ont reçu une dose du produit expérimental. Parmi ces sujets, 319 ont reçu une seconde dose (256 sujets vaccin monovalent ; 63 sujets placebo).

Chez les enfants, quel que soit leur statut sérologique à l’inclusion, le taux de séroréponse après avoir reçu le vaccin monovalent a été de 7,8 % et 11,1 % respectivement à J15 et J29 et de 32,0 % à J57. Chez les enfants ayant reçu le placebo, quel que soit leur statut sérologique à l’inclusion, le taux de séroréponse a été de 6,3 % à J15 et J29 et de 14,5 % à J57. Les taux de séroréponse ont été légèrement plus élevés chez les sujets séronégatifs à l’inclusion. Dans une étude de surveillance conduite par les CDC des États-Unis (Griffin et coll., 2011), l’efficacité en vie réelle du vaccin grippal pandémique LAIV H1N1 chez les enfants âgés de 2 à 9 ans a été estimée à 81,9 % (IC à 95 % :13,6, 96,2).

Efficacité du T/LAIV

Les données d’efficacité du T/LAIV sur la population pédiatrique proviennent de 9 études contrôlées menées chez plus de 20 000 nourrissons, enfants, et adolescents, sur 7 saisons grippales. Quatre études

contrôlées versus placebo incluaient une deuxième vaccination au cours de la seconde saison. Le T/LAIV a montré sa supériorité sur le vaccin grippal injectable dans 3 études contrôlées. Pour un résumé des résultats en termes d’efficacité sur la population pédiatrique, voir les tableaux 1 et 2.

Tableau 1 Efficacité du T/LAIV dans les études pédiatriques contrôlées versus placebo

 

 

 

 

 

 

Efficacité

c

Efficacité

 

 

 

 

Nombre de

 

(IC à 95 %)

Numéro

Région

Tranche

Saison

 

(IC à 95 %)c

de l’étude

d’âge

a

participants

grippale

Souches

 

Quelle que soit la

 

 

à l’étudeb

antigéniquement

 

 

 

 

 

 

apparentées

souche

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1 616

2000-2001

85,4 %

 

85,9 %

 

 

 

 

(74,3 ; 92,2)

(76,3 ; 92,0)

D153-P502

Europe

6 à 35 M

 

 

1 090

2001-2002

88,7 %

 

85,8 %

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(82,0 ; 93,2)

(78,6 ; 90,9)

 

 

 

 

 

 

 

Afrique,

 

 

1 886

73,5 %

 

72,0 %

 

 

 

(63,6 ; 81,0)d

(61,9 ; 79,8)d

D153-P504

Amérique

6 à 35 M

 

 

 

 

 

 

 

73,6 %

 

46,6 %

 

latine

 

 

 

 

 

 

(33,3 ; 91,2)

(14,9 ; 67,2)

 

 

 

 

 

 

D153-P513

Asie/Océanie

6 à 35 M

1 041

62,2 %

 

48,6 %

(43,6 ; 75,2)

(28,8; 63,3)

 

 

 

 

 

 

 

Europe,

 

 

 

 

 

 

 

D153-P522

Asie/Océanie,

11 à 24 M

1 150

2002-2003

78,4 %

 

63,8 %

Amérique

(50,9 ; 91,3)

(36,2 ; 79,8)

 

 

 

 

 

 

latine

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2 764

2000-2001

72,9 %

 

70,1 %

 

 

 

 

(62,8 ; 80,5)

(60,9 ; 77,3)

D153-P501

Asie/Océanie

12 à 35 M

 

 

1 265

2001-2002

84,3 %

 

64,2 %

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(70,1 ; 92,4)e

(44,2 ; 77,3)e

 

 

 

 

1 259

1996-1997

93,4 %

 

93,4 %

 

 

 

 

(87,5 ; 96,5)

(87,5 ; 96,5)

AV006

États-Unis

15 à 71 M

 

 

1 358

1997-1998

100 %

 

87,1 %

 

 

 

 

 

 

 

 

 

(63,1 ; 100)

 

(77,7 ; 92,6)f

aM = mois

bNombre de participants à l’étude pour une analyse de l’efficacité sur la première ou la deuxième année. cRéduction de la maladie grippale confirmée par culture comparativement au placebo.

dLes données présentées pour l’essai clinique D153-P504 s’appliquent aux sujets ayant reçu deux doses du vaccin à l’étude ou du placebo. Chez les sujets n’ayant pas été précédemment vaccinés et ayant reçu une dose la première année, l’efficacité était de 57,7 % (IC à 95 % : 44,7 ; 67,9) vis-à-vis des souches antigéniquement apparentées et de 56,3 % (IC à 95 % : 43,1 ; 66,7) vis-à-vis de toutes les souches, corroborant ainsi la nécessité de deux doses de vaccin chez les enfants n’ayant pas été vaccinés précédemment.

eChez les participants à l’étude ayant reçu 2 doses la première année et un placebo la deuxième année, l’efficacité au cours de la seconde année a été de 56,2 % (IC à 95 % : 30,5 ; 72,7) vis-à-vis des souches antigéniquement apparentées et de 44,8 % (IC à 95 % : 18,2 ; 62,9) vis-à-vis de toutes les souches, dans l’essai D153-P501, corroborant ainsi la nécessité d’une nouvelle vaccination lors de la deuxième saison.

fLa souche principale circulante était antigéniquement différente de la souche H3N2 présente dans le vaccin ; l’efficacité comparée avec la souche non antigéniquement apparentée à A/H3N2 était de 85,9 % (IC à

95 % : 75,3 ; 91,9).

Tableau 2 Efficacité relative du T/LAIV dans les études pédiatriques contrôlées versus un vaccin grippal injectable

 

 

 

 

 

Efficacité relative

Efficacité

 

Numéro

 

Tranche

Nombre de

Saison

(IC à 95 %)b

relative

b

de

Région

participants

Souches

(IC à 95 %)

d’âgea

grippale

 

l’étude

 

 

à l’étude

 

antigéniquement

Quelle que soit

 

 

 

 

 

apparentées

la souche

 

 

 

 

 

 

44,5 %

54,9 %

 

MI-CP11

États-Unis,

 

 

 

(22,4 ; 60,6)

(45,4 ; 62,9)c

Europe,

6 à 59 M

7 852

2004-2005

de cas en moins

de cas en moins

Asie/Océanie

 

 

 

par rapport au

par rapport au

 

 

 

 

 

 

 

 

 

vaccin injectable

vaccin injectable

 

 

 

 

 

52,7 %

52,4 %

 

D153-P5

 

 

 

 

(21,6 ; 72,2)

(24,6 ; 70,5)d

Europe

6 à 71 M

2 085

2002-2003

de cas en moins

de cas en moins

 

 

 

 

par rapport au

par rapport au

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

vaccin injectable

vaccin injectable

 

 

 

 

 

34,7 %

31,9 %

 

D153-P5

 

 

 

 

(3,9 ; 56,0)

(1,1 ; 53,5)

 

Europe

6 à 17 A

2 211

2002-2003

de cas en moins

de cas en moins

 

 

 

 

par rapport au

par rapport au

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

vaccin injectable

vaccin injectable

aM = mois. A = années. Tranche d’âge telle que décrite dans le protocole de l’étude.

bRéduction de la maladie grippale confirmée par culture comparativement au vaccin grippal injectable. cLe T/LAIV est associé à 55,7 % (39,9 ; 67,6) de cas en moins par rapport au vaccin grippal injectable sur 3 686 nourrissons et enfants âgés de 6 à 23 mois et 54,4 % (41,8 ; 64,5) de cas en moins, sur 4 166 enfants âgés de 24 à 59 mois.

dLe T/LAIV est associé à 64,4 % (1,4 ; 88,8) de cas en moins par rapport au vaccin grippal injectable sur

476 nourrissons et enfants âgés de 6 à 23 mois et 48,2 % (12,7 ; 70,0) de cas en moins, sur 1 609 enfants âgés de 24 à 71 mois.

Vaccin P/LAIV H5N1

L’Agence européenne des médicaments a différé l’obligation de soumettre les résultats d’études réalisées avec Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca dans un ou plusieurs sous-groupes de la population pédiatrique dans la prévention de la grippe. Voir rubrique 4.2 pour les informations concernant l’usage pédiatrique.

Une autorisation de mise sur le marché « conditionnelle » a été délivrée pour ce médicament. Cela signifie que des preuves supplémentaires concernant ce médicament sont attendues. L’Agence européenne des médicaments réévaluera toute nouvelle information sur ce médicament chaque année et, si nécessaire, ce RCP sera mis à jour.

Études sur la population adulte

Adultes âgés de 18 à 49 ans

Dans l’étude clinique CIR 217, la tolérance, l’infectivité et l’immunogénicité d’un vaccin vivant atténué dérivé de la souche grippale A/Vietnam/1203/2004 (H5N1) ont été évaluées chez 21 sujets ayant reçu une dose infectieuse en culture tissulaire médiane (DICT50) de 106,7, 18 de ces sujets recevant une seconde dose 4 à 8 semaines plus tard. 21 sujets supplémentaires ont reçu une dose du virus vaccinal de 107,5 DICT50, 19 de ces sujets recevant une seconde dose 4 à 8 semaines plus tard. Après l’administration de 1 ou 2 doses de 106,7 DICT50 du vaccin, des séroréponses d’inhibition de l’hémagglutination (IHA) et IgA ont été détectées chacune chez 10 % des sujets et des réponses IgA

ont été détectées dans le lavage nasal de 24 % des sujets. Après l’administration de 1 ou 2 doses de 107,5 DICT50 du vaccin, des séroréponses IHA et IgA ont été détectées chacune chez 10 % et 52 % des

sujets et des réponses IgA ont été détectées dans le lavage nasal de 19 % des sujets.

Dans l’étude clinique CIR 239, la tolérance, l’infectivité et l’immunogénicité d’un vaccin vivant atténué dérivé de la souche grippale A/Hong Kong/213/2003 (H5N1) ont été évaluées chez 17 sujets en isolement ayant reçu une dose de 107,5 DICT50 du vaccin par voie intranasale, 16 de ces sujets recevant une seconde dose 4 à 8 semaines plus tard. Des réponses IHA n’ont été détectées chez aucun des sujets, que ce soit après la première ou la deuxième dose du vaccin. Une séroréponse IgA et une réponse dans le lavage nasal ont été détectées chacune chez 18 % des sujets.

Adultes âgés de 22 à 54 ans

L’étude clinique CIR 277 a évalué si des personnes ayant précédemment reçu des vaccins vivants atténués contre la grippe pandémique H5N1 étaient primo-vaccinés ou avaient obtenu une immunité durable susceptible d’être détectée à la suite de l’administration ultérieure d’un vaccin inactivé H5N1. L’étude a inclus 69 sujets dans 5 groupes : le Groupe 1 a inclus 11 sujets ayant précédemment reçu

2 doses du vaccin vivant atténué grippal pandémique H5N1 (P/LAIV) souche A/Vietnam/1203/2004 par voie intranasale en 2006-2007 ; le Groupe 2 a inclus 10 sujets ayant précédemment reçu 2 doses du P/LAIV H5N1 A/Hong Kong/213/2003 en 2007 ; le Groupe 3 a inclus 8 sujets ayant précédemment reçu 2 doses du P/LAIV H7N3 A/British Columbia/CN-6/2004 en 2010 (comme groupe contrôle P/LAIV) ; les Groupes 4 et 5 ont chacun inclus 20 sujets n’ayant pas été précédemment vaccinés par LAIV et qui étaient naïfs pour la grippe H5. Les sujets des Groupes 1 à 4 ont reçu une dose unique de 45 µg du vaccin inactivé grippal pandémique (P/IIV) souche A/Vietnam/1203/2004 alors que les sujets du Groupe 5 ont reçu 2 doses, à environ 28 jours d’intervalle.

Les sujets primo-vaccinés par le P/LAIV H5N1 ont développé de fortes réponses en anticorps au virus H5N1 de type sauvage lors de l’exposition ultérieure au vaccin inactivé H5N1, même si ces réponses en anticorps n’étaient pas détectables après les 2 doses de primovaccination chez la majorité des sujets. Les sujets primo-vaccinés soit par le P/LAIV A/Vietnam/1203/2004 soit par le P/LAIV A/Hong Kong/213/2003 ont obtenu une réponse significativement meilleure à l’administration d’une dose unique du vaccin inactivé H5N1 que les sujets naïfs de P/LAIV. La réponse en anticorps chez les sujets primo-vaccinés par le P/LAIV A/Vietnam/1203/2004 a également dépassé celle observée après l’administration de 2 doses du vaccin inactivé chez les sujets naïfs de P/LAIV (voir tableau 3).

Tableau 3 Réponses en anticorps sériques déterminées par MN (microneutralisation) et IHA à J28 et J56 après l’administration d’un vaccin inactivé H5N1

 

 

 

 

28 jours après le vaccin

56 jours après le vaccin

 

 

Nombre

 

 

inactivéa

 

 

 

 

 

inactivéa

 

 

 

 

 

de doses

 

 

 

Sujets avec

Moyenne

Sujets avec

 

 

du

 

 

 

 

une

 

une

 

Dose de

Nombre

 

 

 

géométrique

 

Groupe

vaccin

Moyenne

augmentation

augmentation

primovaccination

de

des titres

d’étude

inactivé

géométrique

de 4 fois du

de 4 fois du

par le P/LAIV

sujets

 

 

 

 

souche

des titres

titre en

 

 

 

titre en

 

 

 

 

 

 

 

 

Vietnam

 

 

 

anticorps

 

 

 

anticorps

 

 

 

 

 

(pourcentage)b

 

 

 

(pourcentage)b

 

 

 

 

MN

IHA

MN

 

 

IHA

MN

IHA

MN

 

 

IHA

H5N1 Vietnam

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

H5N1

 

 

 

Hong Kong 2003

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune

20c

 

 

 

Les données pour le Groupe 3, sujets initialement vaccinés par un P/LAIV H7N3, ne sont pas présentées.

aLes jours sont comptés par rapport à l’administration de la seule dose du P/IIV pour les Groupes 1-4 et par rapport à l’administration de la première des 2 doses du P/IIV pour le Groupe 5.

bRéponse sérologique définie comme une augmentation ≥ 4 fois du titre en anticorps (≥ 1/20).

cDes échantillons sériques étaient disponibles pour 7 sujets dans le Groupe 3 à J28 et pour 18 sujets dans le Groupe 5 à J56.

Une réponse en anticorps s’est développée rapidement chez les sujets primo-vaccinés par le P/LAIV H5N1. Sept des 11 (64 %) sujets du Groupe 1 (ca A/Vietnam/1204/2004 [H5N1]) ont obtenu une augmentation ≥ 4 fois du titre en anticorps IHA à J7 après l’administration du vaccin inactivé, avec une moyenne géométrique des titres (MGT) de 165 et un intervalle des titres de 20 à 1280 chez les répondeurs. Parmi les sujets naïfs de P/LAIV, seuls 10 % ont obtenu une augmentation ≥ 4 fois à J7. Les réponses en anticorps chez les sujets primo-vaccinés par le P/LAIV H5N1 ont également été plus fortes. Les sujets primo-vaccinés par le P/LAIV H5N1 ont développé des réponses en anticorps qui ont neutralisé au moins 2 clades des virus H5N1 de la lignée H5N1 A/Goose/Guangdong/1996, alors que peu de sujets, y compris dans le groupe ayant reçu 2 doses du vaccin inactivé H5N1, ont développé des anticorps neutralisants inter-clades. L’affinité des anticorps dirigés contre le domaine HA1 de l’HA H5 dans les groupes primo-vaccinés par le P/LAIV H5N1 a été significativement plus élevée que dans le groupe ayant reçu 2 doses du vaccin inactivé, ce qui correspond à la neutralisation inter-clades du H5N1.

Des réponses similaires ont été observées chez les sujets primo-vaccinés par le P/LAIV H7N7 et par le P/LAIV H7N9, qui ont développé des réponses en anticorps importantes dirigées contre les virus de type sauvage correspondants suite à l’exposition au vaccin inactivé du même sous-type. Concernant le P/LAIV H7N7, de fortes réponses en anticorps sériques ont été détectées à la fois par MN et par test IHA chez 9 des 13 sujets, les titres maximaux étant atteints à J14. Concernant le P/LAIV H7N9, 8 des 14 sujets ayant reçu une seule dose du vaccin et 13 des 16 sujets ayant reçu 2 doses du vaccin ont développé de fortes réponses en anticorps ; les titres maximaux ont là encore été observés à J14.

5.2Propriétés pharmacocinétiques

Sans objet.

5.3Données de sécurité préclinique

Les données non cliniques issues des études conventionnelles non cliniques de toxicologie en administration répétée, des fonctions de reproduction et de développement, de tolérance locale et de neurovirulence, conduites avec Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca et les vaccins saisonniers T/LAIV et Fluenz Tetra, n’ont pas révélé de risque particulier pour l’homme.

6.DONNÉES PHARMACEUTIQUES

6.1Liste des excipients

Saccharose

Phosphate dipotassique

Phosphate monopotassique

Gélatine (porcine, Type A)

Chlorhydrate d’arginine

Glutamate monosodique monohydraté

Eau pour préparations injectables

6.2Incompatibilités

En l’absence d’études de compatibilité, ce médicament ne doit pas être mélangé avec d’autres médicaments.

6.3Durée de conservation

18 semaines.

6.4Précautions particulières de conservation

À conserver au réfrigérateur (entre 2 °C et 8 °C).

Ne pas congeler.

Conserver l’applicateur nasal dans l’emballage extérieur à l’abri de la lumière.

Avant utilisation, le vaccin peut être sorti du réfrigérateur une fois pour une durée maximale de

12 heures à une température ne dépassant pas 25 °C. Si le vaccin n’a pas été utilisé après cette période de 12 heures, il doit être éliminé.

6.5Nature et contenu de l’emballage extérieur

Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca est présenté sous forme d’une suspension de 0,2 ml contenue dans un applicateur nasal à usage unique (verre de type 1), muni d’un embout (polypropylène avec valve de transfert en polyéthylène), d’un capuchon de protection de l’embout (caoutchouc synthétique), d’une tige du piston, d’un bouchon-piston (caoutchouc butyle) et d’un clip séparateur de dose.

Boîte de 10.

6.6Précautions particulières d’élimination et manipulation

Administration

Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca EST RÉSERVÉ À UNE UTILISATION PAR VOIE NASALE UNIQUEMENT.

NE PAS UTILISER AVEC UNE AIGUILLE. Ne pas injecter.

Ne pas utiliser Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca si la date de péremption est dépassée ou si le pulvérisateur semble endommagé, par exemple, si le piston n’est pas bien fixé ou est détaché du pulvérisateur ou s’il y a des signes de fuite.

Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca est administré en une dose répartie dans chaque narine.

Après avoir administré la moitié de la dose dans une narine, administrer l’autre moitié de la dose dans l’autre narine immédiatement ou dans un court délai.

Le patient peut respirer normalement lors de l’administration du vaccin. Il est inutile d’inhaler profondément ou de renifler.

Pour connaître les instructions d’administration étape par étape, se référer au schéma d’administration de Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca (Figure 1).

Figure 1 Administration de Vaccin grippal pandémique H5N1 AstraZeneca

Bouchon–piston

Clip séparateur de dose

Capuchon de protection

de l’embout

Tige du piston

Vérifiez la date de

Préparez l’applicateur

Placez l’applicateur

péremption

Retirez le capuchon de

Placez le patient avec le

Le produit doit être

protection en caoutchouc.

buste à la verticale, puis

utilisé avant la date

Ne retirez pas le clip

insérez l’embout à

indiquée sur l’étiquette

séparateur de dose situé à

l’entrée de la narine de

de l’applicateur.

l’autre extrémité de

façon à ce que Vaccin

 

l’applicateur.

grippal pandémique

 

 

H5N1 AstraZeneca soit

 

 

bien administré dans le

 

 

nez.

Poussez le piston

Retirez le clip

Pulvérisez dans l’autre

Poussez le piston d’un

séparateur de dose

narine

seul mouvement, le plus

Pour administrer Vaccin

Placez l’embout à

rapidement possible,

grippal pandémique

l’entrée de l’autre

jusqu’à ce que le

H5N1 AstraZeneca dans

narine.

Puis, d’un seul

séparateur de dose en

l’autre narine, pincez puis

mouvement, le plus

bloque la progression.

retirez le séparateur du

rapidement possible,

 

piston.

poussez le piston pour

 

 

libérer la dose restante

 

 

de vaccin.

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

7.TITULAIRE DE L’AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHÉ

AstraZeneca AB

SE-151 85 Södertälje

Sweden

8.NUMÉRO(S) D’AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHÉ

EU/1/16/1089/001

9. DATE DE PREMIÈRE AUTORISATION/DE RENOUVELLEMENT DE L’AUTORISATION

Date de première autorisation : 20 mai 2016

Date du dernier renouvellement : 20 avril 2017

10.DATE DE MISE A JOUR DU TEXTE

Des informations détaillées sur ce médicament sont disponibles sur le site internet de l’Agence européenne des médicaments http://www.ema.europa.eu.

Commentaires

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
  • Aide
  • Get it on Google Play
  • À propos
  • Info on site by:

  • Presented by RXed.eu

  • 27558

    médicaments délivrés sur ordonnance répertoriés