French
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Xalkori (crizotinib) – Résumé des caractéristiques du produit - L01XE16

Updated on site: 10-Oct-2017

Nom du médicamentXalkori
Code ATCL01XE16
Substancecrizotinib
FabricantPfizer Ltd

Ce médicament fait l’objet d’une surveillance supplémentaire qui permettra l’identification rapide de nouvelles informations relatives à la sécurité. Les professionnels de la santé déclarent tout effet indésirable suspecté. Voir rubrique 4.8 pour les modalités de déclaration des effets indésirables.

1.DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT

XALKORI 200 mg gélules

XALKORI 250 mg gélules

2.COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE

XALKORI 200 mg gélules

Chaque gélule contient 200 mg de crizotinib.

XALKORI 250 mg gélules

Chaque gélule contient 250 mg de crizotinib.

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

3.FORME PHARMACEUTIQUE

Gélules.

XALKORI 200 mg gélules

Gélule, blanc opaque et rose opaque, imprimée « Pfizer » sur la coiffe et « CRZ 200 » sur le corps.

XALKORI 250 mg gélules

Gélule, rose opaque, imprimée « Pfizer » sur la coiffe et « CRZ 250 » sur le corps.

4.DONNÉES CLINIQUES

4.1Indications thérapeutiques

XALKORI est indiqué en monothérapie :

En première ligne de traitement des patients adultes ayant un cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) anaplastic lymphoma kinase (ALK)-positif et avancé.

Dans le traitement des patients adultes ayant reçu au moins un traitement antérieur pour un cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) anaplastic lymphoma kinase (ALK)-positif et avancé.

Dans le traitement des patients adultes ayant un cancer du poumon non à petites cellules (CPNPC) ROS1(Proto-Oncogene 1, Receptor Tyrosine Kinase)-positif et avancé.

4.2Posologie et mode d’administration

Le traitement par XALKORI doit être instauré et supervisé par un médecin expérimenté dans l’utilisation des médicaments anticancéreux.

Test ALK et ROS1

Une recherche du statut ALK ou ROS1 par une technique spécifique et validée est nécessaire pour sélectionner les patients à traiter par XALKORI (voir rubrique 5.1 pour une information sur les tests utilisés dans les essais cliniques).

Le diagnostic de CPNPC ALK-positif ou ROS1-positif doit être confirmé avant l’instauration du traitement par crizotinib. La recherche doit être réalisée par un laboratoire ayant fait la preuve de ses compétences dans l’utilisation de ces technologies spécifiques (voir rubrique 4.4).

Posologie

La posologie recommandée de XALKORI est de 250 mg deux fois par jour (500 mg par jour) en continu.

En cas d’oubli d’une dose, le patient doit la prendre dès qu’il s’en aperçoit, sauf si la dose suivante doit être prise dans moins de 6 heures, auquel cas le patient ne doit pas prendre la dose oubliée. Le patient ne doit pas prendre une dose double pour compenser une dose oubliée.

Ajustement de la posologie

Une interruption de l’administration et/ou une diminution de dose peuvent être justifiées en fonction de la tolérance individuelle. Chez 1 722 patients atteints d’un CPNPC ALK-positif ouROS1-positif et traités par crizotinib lors d’études cliniques, les effets indésirables le plus fréquemment (≥ 3%) associés à une interruption du traitement ont été une neutropénie, une augmentation des transaminases, des vomissements et nausées. Les effets indésirables le plus fréquemment (≥ 3%) associés à une diminution de la posologie ont été une augmentation des transaminases et une neutropénie. Lorsqu’une diminution de dose est nécessaire, la dose de XALKORI doit être réduite à 200 mg par voie orale, deux fois par jour. Si une nouvelle diminution de dose est nécessaire, alors la dose doit être réduite à 250 mg en prise unique par jour par voie orale, en fonction de la tolérance individuelle. Les recommandations d’ajustement de la posologie en cas de toxicité hématologique et non-hématologique sont décrites dans les Tableaux 1 et 2.

Tableau 1. Ajustement de la posologie de XALKORI - Toxicités hématologiquesa,b

Grade CTCAEc

Traitement par XALKORI

Grade 3

Interrompre jusqu'à résolution à un grade ≤ 2, puis reprendre à la même

 

posologie

Grade 4

Interrompre jusqu'à résolution à un grade ≤ 2, puis reprendre à la

 

posologie de 200 mg deux fois par jourd

a.Sauf lymphopénie (à moins qu’elle ne soit associée à des événements cliniques tels que des infections opportunistes).

b.Pour les patients développant une neutropénie et une leucopénie, voir également rubriques 4.4 et 4.8.

c.National Cancer Institute (NCI) Common Terminology Criteria for Adverse Events.

d.En cas de réapparition, le traitement doit être interrompu jusqu'à résolution à un grade ≤ 2, puis le traitement doit être repris à la posologie de 250 mg une fois par jour. XALKORI doit être définitivement arrêté en cas de nouvelle réapparition de grade 4.

Tableau 2. Ajustement de la posologie de XALKORI - Toxicités non-hématologiques

Grade CTCAEa

Traitement par XALKORI

Augmentation de l’alanine aminotransférase

Interrompre jusqu'à résolution à un grade ≤ 1 ou à la valeur

(ALAT) ou de l’aspartate aminotransférase

initiale, puis reprendre à la posologie de 250 mg une fois par

(ASAT) de Grade 3 ou 4 avec bilirubine

jour et augmenter à 200 mg deux fois par jour si le traitement

totale de Grade 1

est bien toléré d’un point de vue cliniqueb

Grade CTCAEa

Traitement par XALKORI

Augmentation des ALAT ou ASAT de Grade Arrêter définitivement 2, 3 ou 4 avec augmentation concomitante de

la bilirubine totale de Grade 2, 3 ou 4 (en l’absence de cholestase ou d’hémolyse)

Pneumopathie interstitielle (PID) de tout

Interrompre en cas de suspicion de PID et arrêter

grade

définitivement si une PID liée au traitement est

 

diagnostiquéec

Allongement de l’intervalle QTc de Grade 3

Interrompre jusqu'à résolution à un grade ≤ 1, contrôler et si

 

nécessaire corriger les taux d’électrolytes, puis reprendre à la

 

posologie de 200 mg deux fois par jourb

Allongement de l’intervalle QTc de Grade 4

Arrêter définitivement

 

 

Bradycardie de Grade 2 ou 3c,d

Interrompre jusqu'à résolution à un grade ≤ 1ou à une

Symptomatique, potentiellement sévère et

fréquence cardiaque ≥ 60 bpm.

 

médicalement significative, nécessitant une

Evaluer les médicaments concomitants pouvant entraîner une

intervention médicale

bradycardie, ainsi que les médicaments antihypertenseurs.

 

Si un de ces médicaments concomitants est identifié et arrêté,

 

ou si sa posologie est ajustée, reprendre à la posologie

 

précédente jusqu’à résolution à un grade ≤ 1 ou à une

 

fréquence cardiaque ≥ 60 bpm.

 

Si aucun de ces médicaments concomitants n’est identifié, ou

 

si ces médicaments ne sont pas arrêtés ou que leur posologie

 

n’est pas modifiée, reprendre à une posologie inférieure

 

jusqu’à résolution à un grade ≤ 1 ou à une fréquence

 

cardiaque ≥ 60 bpm.

Bradycardie de Grade 4c,d,e

Arrêter définitivement si aucun de ces médicaments

Conséquences menaçant le pronostic vital,

concomitants n’est identifié.

 

nécessitant une intervention d’urgence

Si un de ces médicaments concomitants est identifié et arrêté,

 

ou si sa posologie est ajustée, reprendre à la posologie de

 

250 mg une fois par jour jusqu’à résolution à un grade ≤ 1 ou

 

à une fréquence cardiaque ≥ 60 bpm, et surveiller

 

fréquemment.

Atteinte oculaire de Grade 4 (perte de la

Arrêter le traitement pendant l'évaluation de la perte de vision

vision)

sévère

a.National Cancer Institute (NCI) Common Terminology Criteria for Adverse Events.

b.XALKORI doit être définitivement arrêté en cas de nouvelle apparition de grade ≥ 3. Voir rubriques 4.4 et 4.8.

c.Voir rubriques 4.4 et 4.8.

d.Fréquence cardiaque inférieure à 60 battements par minute (bpm).

e.Arrêter définitivement en cas de nouvelle apparition.

Insuffisance hépatique

Crizotinib n'a pas été étudié chez les patients présentant une insuffisance hépatique. Les études cliniques menées ont exclu les patients présentant des valeurs d’ASAT ou d’ALAT > 2,5 × la limite supérieure de la normale (LSN), ou si ces anomalies étaient dues au cancer sous-jacent, > 5,0 × LSN ou avec des valeurs de bilirubine totale > 1,5 × LSN. Le traitement par crizotinib doit être utilisé avec précaution chez les patients présentant une insuffisance hépatique légère à modérée. Crizotinib ne doit pas être utilisé chez les patients présentant une insuffisance hépatique sévère (voir rubriques 4.3, 4.4 et 4.8).

Insuffisance rénale

Aucun ajustement de la posologie initiale n’est recommandé chez les patients présentant une insuffisance rénale légère (60 ≤ clairance de la créatinine [Clcr] < 90 ml/min) ou modérée (30 ≤ Clcr < 60 ml/min), puisque l’analyse pharmacocinétique de population n’a montré aucune modification cliniquement significative de l’exposition au crizotinib à l’état d’équilibre chez ces patients. Les concentrations plasmatiques du crizotinib peuvent être augmentées chez les patients présentant une

insuffisance rénale sévère (Clcr < 30 ml/min). La posologie initiale du crizotinib doit être ajustée à 250 mg par voie orale une fois par jour chez les patients présentant une insuffisance rénale sévère ne nécessitant pas de dialyse péritonéale ou d’hémodialyse. La posologie peut être augmentée à 200 mg deux fois par jour en fonction de la sécurité et de la tolérance individuelles après au moins 4 semaines de traitement (voir rubriques 4.4 et 5.2).

Patients âgés

Aucun ajustement de la posologie initiale n’est requis (voir rubriques 5.1 et 5.2).

Population pédiatrique

La sécurité et l’efficacité du crizotinib chez les patients pédiatriques n’ont pas été établies. Aucune donnée n’est disponible.

Mode d’administration

Les gélules doivent être avalées entières, de préférence avec de l’eau, et ne doivent pas être écrasées, dissoutes ou ouvertes. Elles peuvent être prises pendant ou en dehors des repas. Le pamplemousse ou le jus de pamplemousse doivent être évités car ils peuvent augmenter les concentrations plasmatiques de crizotinib ; le millepertuis doit être évité car il peut diminuer les concentrations plasmatiques de crizotinib (voir rubrique 4.5).

4.3Contre-indications

Hypersensibilité au crizotinib ou à l’un des excipients mentionnés à la rubrique 6.1. Insuffisance hépatique sévère (voir rubriques 4.2, 4.4 et 4.8).

4.4Mises en garde spéciales et précautions d’emploi

Recherche du statut ALK et ROS1

Il est important de choisir une méthode robuste et validée pour la recherche du statut ALK ou ROS1 du patient afin d’éviter un résultat faux négatif ou faux positif.

Hépatotoxicité

Des cas d’hépatotoxicité médicamenteuse (y compris des cas d’évolution fatale) ont été rapportés chez des patients traités par crizotinib lors d’essais cliniques (voir rubrique 4.8). Crizotinib ne doit pas être utilisé chez les patients présentant une insuffisance hépatique sévère (notamment les patients présentant une bilirubine totale > 3 × LSN, quels que soient leurs taux d’ALAT/ASAT) (voir

rubriques 4.2, 4.3 et 4.8). Un bilan de la fonction hépatique, incluant ALAT, ASAT et bilirubine totale, doit être réalisé une fois par semaine au cours des 2 premiers mois de traitement, puis une fois par mois et si cliniquement indiqué, et plus fréquemment en cas d’augmentation de grade 2, 3 ou 4. Pour les patients qui développent une augmentation des transaminases, voir rubrique 4.2.

Pneumopathie interstitielle

Des pneumopathies interstitielles sévères, menaçant le pronostic vital ou d’évolution fatale peuvent survenir chez les patients traités par crizotinib. Les patients doivent faire l’objet d’une surveillance des

symptômes pulmonaires évocateurs de PID. Le traitement par crizotinib doit être interrompu si une PID est suspectée. Une PID induite par le traitement doit être envisagée lors du diagnostic différentiel chez les patients présentant une pathologie similaire à une PID, telle que : pneumopathie, pneumopathie radique, pneumopathie d’hypersensibilité, pneumopathie interstitielle, fibrose pulmonaire, syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA), alvéolite, infiltration pulmonaire, pneumonie, œdème pulmonaire, bronchopneumopathie chronique obstructive, épanchement pleural, pneumopathie d’aspiration, bronchite, bronchiolite oblitérante et bronchectasie. D’autres causes potentielles de PID doivent être éliminées, et le crizotinib doit être définitivement arrêté chez les patients diagnostiqués avec une PID liée au traitement (voir rubriques 4.2 et 4.8).

Allongement de l’intervalle QT

Des allongements de l’intervalle QTc ont été observés chez les patients traités par crizotinib dans les études cliniques (voir rubriques 4.8 et 5.2), pouvant conduire à une augmentation du risque de tachyarythmies ventriculaires (par ex torsade de pointes) ou de mort subite. Les bénéfices et les risques potentiels du crizotinib doivent être pris en compte avant de commencer le traitement chez les patients qui présentent une bradycardie pré-existante ainsi que des antécédents ou une prédisposition à l’allongement de l’intervalle QTc, qui prennent des antiarythmiques ou d’autres médicaments connus pour allonger l’intervalle QT ainsi que chez les patients présentant des maladies cardiaques pré-existantes et/ou des perturbations électrolytiques. Le crizotinib doit être administré avec prudence chez ces patients et une surveillance périodique des électrocardiogrammes (ECG), des électrolytes et de la fonction rénale est nécessaire. Lors de l’administration de crizotinib, un ECG et un dosage des électrolytes (par ex, calcium, magnésium, potassium) doivent être réalisés dans un délai le plus court possible avant la première administration, et une surveillance périodique avec des ECG et dosages des électrolytes est recommandée, tout particulièrement en début de traitement en cas de vomissements, de diarrhée, de déshydratation ou de fonction rénale altérée. Si nécessaire, les taux d’électrolytes doivent être corrigés. Si un allongement supérieur ou égal à 60 msec par rapport à la valeur initiale est observé mais que l’intervalle QTc reste inférieur à 500 msec, le traitement par crizotinib doit être interrompu et l’avis d’un cardiologue doit être sollicité. Si un allongement de l’intervalle QTc supérieur ou égal à 500 msec est observé, l’avis d’un cardiologue doit être immédiatement sollicité. Pour les patients qui développent un allongement de l’intervalle QTc, voir rubriques 4.2, 4.8 et 5.2.

Bradycardie

Des cas de bradycardie, toute étiologie confondue, ont été rapportés au cours des études cliniques chez 13 % des patients traités par crizotinib. Une bradycardie symptomatique (par ex, syncope, étourdissements, hypotension) peut survenir chez les patients recevant du crizotinib. L'effet total du crizotinib sur le ralentissement de la fréquence cardiaque peut s’observer plusieurs semaines après le début du traitement. L’association de crizotinib et d’autres agents bradycardisants (par ex, bêta- bloquants, antagonistes calciques non-dihydropyridiniques tels que le vérapamil et le diltiazem, clonidine, digoxine) doit être évitée dans la mesure du possible en raison du risque accru de bradycardie symptomatique. La fréquence cardiaque et la tension artérielle doivent être surveillées régulièrement. Aucun ajustement posologique n’est nécessaire en cas de bradycardie asymptomatique. Pour la prise en charge des patients développant une bradycardie symptomatique, voir rubriques Ajustement de la posologie et Effets indésirables (voir rubriques 4.2 et 4.8).

Insuffisance cardiaque

Au cours des essais cliniques avec crizotinib et lors de la surveillance après commercialisation, des effets indésirables d’insuffisance cardiaque sévères menaçant le pronostic vital ou d’évolution fatale ont été rapportés (voir rubrique 4.8).

L’apparition de signes et symptômes d'insuffisance cardiaque (dyspnée, œdème, rapide prise de poids due à une rétention d’eau) chez les patients recevant du crizotinib, et présentant ou non des affections cardiaques préexistantes doit être surveillée. Des mesures adaptées telles qu’une interruption du traitement, une diminution des doses ou un arrêt du traitement, selon le cas, doivent être envisagées, si de tels symptômes sont observés.

Neutropénie et leucopénie

Lors des études cliniques conduites avec le crizotinib, chez des patients atteints d’un CPNPC ALK- positif ou ROS1-positif, des cas de neutropénie de grade 3 ou 4 ont été très fréquemment rapportés (12%). Des cas de leucopénie de grade 3 ou 4 ont été fréquemment rapportés (3%) (voir rubrique 4.8). Moins de 0,5% des patients ont développé une neutropénie fébrile au cours des études cliniques avec le crizotinib. Une numération de la formule sanguine, incluant une numération différentielle des globules blancs, doit être réalisée si cliniquement indiquée, en répétant les tests plus fréquemment en cas d’anomalies de grade 3 ou 4, ou si de la fièvre ou une infection surviennent (voir rubrique 4.2).

Perforation gastro-intestinale

Dans les études cliniques portant sur le crizotinib, des cas de perforation gastro-intestinale ont été rapportés. Après la mise sur le marché, des cas fatals de perforation gastro-intestinale ont été rapportés lors de l’utilisation du crizotinib (voir rubrique 4.8).

Le crizotinib doit être utilisé avec prudence chez les patients à risque de perforation gastro-intestinale (par ex., antécédents de diverticulite, métastases au niveau du tractus gastro-intestinal, utilisation concomitante de médicaments présentant un risque connu de perforation gastro-intestinale).

Le traitement par crizotinib doit être interrompu en cas de survenue d’une perforation gastro- intestinale. Les patients doivent être avertis des premiers signes de perforation gastro-intestinale et il doit leur être conseillé de consulter rapidement en cas d’apparition de tels signes.

Effets rénaux

Une augmentation de la créatininémie et une diminution de la clairance de la créatinine ont été observées chez des patients traités par crizotinib lors d’essais cliniques. Des insuffisances rénales et des insuffisances rénales aiguës ont été rapportées chez des patients traités par crizotinib au cours d’essais cliniques et après commercialisation. Des cas d’évolution fatale, des cas nécessitant une hémodialyse et des cas d’hyperkaliémie de grade 4 ont également été observés. Une surveillance de la fonction rénale, avant le début du traitement par crizotinib et pendant celui-ci, est recommandée. Une attention particulière doit être portée aux patients qui présentent des facteurs de risque ou un antécédent d’insuffisance rénale (voir rubrique 4.8).

Insuffisance rénale

Si les patients présentent une insuffisance rénale sévère ne nécessitant pas de dialyse péritonéale ou d’hémodialyse, la posologie du crizotinib doit être ajustée (voir rubriques 4.2 et 5.2).

Effets visuels

Au cours des études cliniques portant sur le crizotinib conduites chez des patients atteints d’un CPNPC ALK-positif ou ROS1-positif (N = 1 722), une altération du champ visuel de Grade 4 avec perte de la vision a été rapportée chez 4 patients (0,2 %). Une atrophie optique et une atteinte du nerf optique ont été rapportées comme des causes possibles d'une perte de la vision.

Le traitement par crizotinib doit être arrêté chez les patients en cas d’apparition d’une perte de la vision sévère (meilleure acuité visuelle corrigée inférieure à 6/60 dans un œil ou dans les deux yeux (voir rubrique 4.2). En cas d’apparition d’une perte de la vision sévère, il convient de procéder à un examen ophtalmologique comportant : meilleure acuité visuelle corrigée, fonds d’œil, champs visuels, tomographie par cohérence optique (TCO) et d'autres examens si indiqué. Les informations disponibles sont insuffisantes pour déterminer le risque de reprise du traitement par crizotinib chez les patients qui ont développé une perte de la vision sévère. La décision de reprendre le traitement par crizotinib doit prendre en compte le bénéfice potentiel pour le patient.

Un examen ophtalmologique est recommandé si les troubles de la vision persistent ou s’aggravent (voir rubrique 4.8).

Interactions médicamenteuses

L’utilisation concomitante de crizotinib avec des inhibiteurs ou des inducteurs puissants ou modérés du CYP3A4 doit être évitée (voir rubrique 4.5).

L’utilisation concomitante de crizotinib avec des substrats du CYP3A4 ayant une marge thérapeutique étroite doit être évitée (voir rubrique 4.5). L’association de crizotinib et d’autres agents bradycardisants, de médicaments connus pour allonger l’intervalle QT et/ou d’antiarythmiques doit être évitée (voir rubrique 4.4 Allongement de l’intervalle QT, Bradycardie et rubrique 4.5).

Histologie autre qu’adénocarcinome

Les données disponibles sont limitées chez les patients présentant un CPNPC ALK-positif ou ROS1- positif et dont l’histologie n’est pas un adénocarcinome, y compris un carcinome épidermoïde (CE) (voir rubrique 5.1).

4.5Interactions avec d’autres médicaments et autres formes d’interactions

Interactions pharmacocinétiques

Agents susceptibles d’augmenter les concentrations plasmatiques de crizotinib

L’administration concomitante de crizotinib et d’inhibiteurs puissants du CYP3A peut augmenter les concentrations plasmatiques de crizotinib. L’administration concomitante d’une dose orale unique de 150 mg de crizotinib en présence de kétoconazole (200 mg deux fois par jour), inhibiteur puissant du CYP3A, a entraîné des augmentations de l’exposition systémique au crizotinib, avec des valeurs de l’aire sous la courbe des concentrations plasmatiques en fonction du temps de zéro à l’infini (AUC inf ) et de la concentration plasmatique maximale observée (Cmax) respectivement environ 3,2 fois et 1,4 fois celles observées lorsque le crizotinib était administré seul.

Par conséquent, l’administration concomitante d’inhibiteurs puissants du CYP3A (certains inhibiteurs de protéase comme l’atazanavir, l’indinavir, le nelfinavir, le ritonavir, le saquinavir, et certains antifongiques azolés comme l’itraconazole, le kétoconazole, et le voriconazole, certains macrolides comme la clarithromycine, la télithromycine et la troléandomycine) doit être évitée. Le pamplemousse ou le jus de pamplemousse peuvent également augmenter les concentrations plasmatiques du crizotinib et doivent être évités (voir rubriques 4.2 et 4.4). De plus, l’effet des inhibiteurs du CYP3A sur l’exposition au crizotinib à l’état d’équilibre n’a pas été établi.

Agents susceptibles de diminuer les concentrations plasmatiques de crizotinib

L’administration concomitante de doses répétées de crizotinib (250 mg 2 fois par jour) et de doses répétées de rifampicine (600 mg une fois par jour), un inducteur puissant du CYP3A4, a entraîné des diminutions respectives de 84 % et 79 % à l’état d’équilibre de l’AUCtau et de la Cmax du crizotinib comparativement aux valeurs observées lorsque le crizotinib était administré seul. L’utilisation concomitante d’inducteurs puissants du CYP3A, tels que mais non limité à, la carbamazépine, le phénobarbital, la phénytoïne, la rifampicine, et le millepertuis, doit être évitée (voir rubrique 4.4).

L’effet d’un inducteur modéré y compris mais non limité à l’efavirenz ou à la rifabutine n’est pas clairement établi, en conséquence, leur administration concomitante en présence de crizotinib doit être évité (voir rubrique 4.4).

Administration concomitante de médicaments augmentant le pH gastrique

La solubilité aqueuse du crizotinib est dépendante du pH, un pH faible (acide) augmentant la solubilité. L’administration d’une dose unique de 250 mg de crizotinib après un traitement par ésoméprazole à la

dose de 40 mg une fois par jour pendant 5 jours a entraîné une diminution d’environ 10 % de l’exposition totale au crizotinib (AUCinf) et aucune modification de l’exposition maximale (Cmax) ; l’exposition totale n’a pas été modifiée à un degré cliniquement significatif. Par conséquent, aucun ajustement de la posologie initiale n’est nécessaire en cas d’administration concomitante de crizotinib et d’agents entraînant une augmentation du pH gastrique (tels que les inhibiteurs de la pompe à protons, les antagonistes des récepteurs H2 et les antiacides).

Agents dont les concentrations plasmatiques peuvent être modifiées par le crizotinib

Après l’administration pendant 28 jours de crizotinib à la dose de 250 mg deux fois par jour chez des patients atteints de cancer, l’AUC du midazolam par voie orale était 3,7 fois celle observée lorsque le midazolam était administré seul, suggérant que le crizotinib est un inhibiteur modéré du CYP3A. Par conséquent, l’administration concomitante de crizotinib et de substrats du CYP3A ayant une marge thérapeutique étroite, tels que mais non limité à, l’alfentanil, le cisapride, la ciclosporine, les dérivés de l’ergot de seigle, le fentanyl, le pimozide, la quinidine, le sirolimus et le tacrolimus doit être évitée (voir rubrique 4.4). Si l’association est nécessaire, un suivi clinique étroit doit être réalisé.

Des études in vitro ont montré que le crizotinib est un inhibiteur du CYP2B6. Par conséquent, le crizotinib peut potentiellement augmenter les concentrations plasmatiques des médicaments administrés de façon concomitante et qui sont métabolisés par le CYP2B6 (par ex. bupropion, éfavirenz).

Des études in vitro sur hépatocytes humains ont montré que le crizotinib pouvait être un inducteur des enzymes régulées par le récepteur pregnane X (PXR) et par le récepteur constitutif de l'androstane (constitutive androstane receptor ou CAR) (par ex. CYP3A4, CYP2B6, CYP2C8, CYP2C9, UGT1A1). Cependant, aucune induction in vivo n'a été observée quand le crizotinib était administré de façon concomitante avec le midazolam, substrat de référence du CYP3A4. La prudence est de rigueur lors de l’administration concomitante de crizotinib et de médicaments majoritairement métabolisés par ces enzymes. Il est à noter que l’efficacité de contraceptifs oraux administrés de façon concomitante peut être réduite.

Les études in vitro ont indiqué que le crizotinib est un inhibiteur faible de l’uridine diphosphate glucuronosyltransférase (UGT) 1A1 et de l’UGT2B7. Par conséquent, le crizotinib peut potentiellement augmenter les concentrations plasmatiques des médicaments administrés de façon concomitante et qui sont métabolisés principalement par l’UGT1A1 (par ex. raltégravir, irinotécan) ou l’UGT2B7 (morphine, naloxone).

Sur la base d’une étude in vitro, il est attendu que le crizotinib soit un inhibiteur de la glycoprotéine-P (P-gp) intestinale. Par conséquent, l’administration de crizotinib avec des médicaments substrats de la P-gp (par ex. digoxine, dabigatran, colchicine, pravastatine) pourrait augmenter leur effet thérapeutique et leurs effets indésirables. Une surveillance clinique rapprochée est recommandée lors de l’administration de crizotinib avec ces médicaments.

Le crizotinib est un inhibiteur de l’OCT1 et de l’OCT2 in vitro. Par conséquent, le crizotinib peut potentiellement augmenter les concentrations plasmatiques des médicaments administrés de façon concomitante et qui sont des substrats de l’OCT1 ou de l’OCT2 (par ex, metformine, procaïnamide).

Interactions pharmacodynamiques

Un allongement de l’intervalle QTc a été observé avec le crizotinib dans les études cliniques. Par conséquent, l’utilisation concomitante de crizotinib avec des médicaments connus pour allonger l’intervalle QT ou avec des médicaments pouvant induire des torsades de pointes (par ex, classe IA [quinidine, disopyramide] ou classe III [par ex amiodarone, sotalol, dofétilide, ibutilide], méthadone, cisapride, moxifloxacine, antipsychotiques, etc) doit être envisagée avec précaution. Une surveillance de l’intervalle QT devra être réalisée en cas d’association de tels médicaments (voir rubriques 4.2 et 4.4).

Une bradycardie a été rapportée au cours des études cliniques ; par conséquent, le crizotinib doit être utilisé avec précaution en raison du risque de bradycardie excessive en cas d’association avec d’autres agents bradycardisants (par ex. antagonistes calciques non-dihydropyridiniques tels que le vérapamil et le diltiazem, bêtabloquants, clonidine, guanfacine, digoxine, méfloquine, anticholinestérases, pilocarpine) (voir rubriques 4.2 et 4.4).

4.6Fertilité, grossesse et allaitement

Contraception chez les hommes et les femmes

Les femmes en âge de procréer doivent être incitées à ne pas débuter une grossesse au cours de leur traitement par XALKORI.

Une méthode de contraception adéquate doit être utilisée au cours du traitement, et pendant au moins 90 jours après l’arrêt du traitement (voir rubrique 4.5).

Grossesse

XALKORI peut être nocif pour le fœtus s’il est administré à une femme enceinte. Des études chez l’animal ont montré une toxicité de la reproduction (voir rubrique 5.3).

Il n’existe pas de données chez la femme enceinte traitée par le crizotinib. Ce médicament ne doit pas être utilisé pendant la grossesse, à moins que la situation clinique de la mère ne justifie le traitement. Les femmes enceintes ou tombant enceinte au cours du traitement par le crizotinib, ou les patients traités partenaires d’une femme enceinte, doivent être informés des risques potentiels pour le fœtus.

Allaitement

On ne sait pas si crizotinib et ses métabolites sont excrétés dans le lait maternel. En raison du risque potentiel pour le nourrisson, les mères doivent être averties qu’elles ne doivent pas allaiter pendant leur traitement par XALKORI (voir rubrique 5.3).

Fertilité

Sur la base des données précliniques, la fécondité masculine et féminine pourraient être affectée par un traitement par XALKORI (voir rubrique 5.3). Les hommes et les femmes devraient prendre des conseils relatifs à la préservation de la fertilité avant le traitement.

4.7Effets sur l’aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines

La prudence est de rigueur pour les patients qui conduisent ou utilisent des machines car les patients peuvent présenter une bradycardie symptomatique (par ex, syncope, étourdissements, hypotension), des troubles de la vision ou de la fatigue avec XALKORI (voir rubriques 4.2, 4.4 et 4.8).

4.8Effets indésirables

Résumé du profil de tolérance

Les données décrites ci-dessous reflètent l’exposition à XALKORI de 1 669 patients atteints de CPNPC ALK-positif avancé ayant participé à 2 études de phase 3 randomisées (Études 1007 et 1014) et à 2 études à bras unique (Études 1001 et 1005) et de 53 patients atteints de CPNPC ROS1-positif avancé ayant participé à l’étude à bras unique (Étude 1001) pour un total de 1 722 patients (voir rubrique 5.1). Ces patients ont reçu une dose orale initiale de 250 mg deux fois par jour en continu. Dans l’étude 1014, la durée médiane du traitement était de 47 semaines chez les patients du bras crizotinib (N = 171) ; elle était de 23 semaines chez les patients qui sont passés du bras chimiothérapie au bras crizotinib (N = 109). Dans l’étude 1007, la durée médiane du traitement était de 48 semaines chez les patients du bras crizotinib (N = 172). Dans les études 1001 (N = 154) et 1005 (N = 1063), chez les patients atteints de CPNPC ALK-positif, la durée médiane du traitement était de 57 et 45

semaines respectivement. Dans l’étude 1001 (N = 53), chez les patients atteints de CPNPC ROS1- positif, la durée médiane du traitement était de 101 semaines.

Les effets indésirables les plus graves observés chez 1 722 patients présentant un CPNPC soit ALK- positif soit ROS1-positif avancé étaient : hépatotoxicité, PID, neutropénie et allongement de l’intervalle QT (voir rubrique 4.4). Les effets indésirables les plus fréquemment observés (≥ 25%) chez les patients présentant un CPNPC soit ALK-positif soit ROS1-positif étaient : troubles de la vision, nausées, diarrhée, vomissements, œdème, constipation, augmentation des transaminases, fatigue, diminution de l'appétit, étourdissement et neuropathie.

Tableau des effets indésirables

Le tableau 3 présente les effets indésirables observés chez 1 722 patients atteints d’un CPNPC soit ALK-positif soit ROS1-positif avancé ayant reçu du crizotinib lors de 2 études de phase 3 randomisées (1007 et 1014) et de 2 études cliniques à bras unique (1001 et 1005) (voir rubrique 5.1).

Les effets indésirables le plus fréquemment (≥ 3%, quel qu’en soit la cause) associés à une interruption du traitement étaient : neutropénie (11%), augmentation des transaminases (7%), vomissements (5%) et nausées (4%). Les effets indésirables le plus fréquemment (≥ 3%, quel qu’en soit la cause) associés à une diminution de la posologie étaient : augmentation des transaminases (4%) et neutropénie (3 %). Des événements indésirables (toutes causes confondues) ont été responsables d’un arrêt définitif du traitement chez 302 patients (18%), les plus fréquents (≥ 1%) étant pneumopathie interstitielle (1 %) et augmentation des transaminases (1%).

Les effets indésirables sont présentés dans le tableau 3 par classe de système d’organes et par catégories de fréquence définie selon les conventions suivantes : très fréquent (≥1/10), fréquent (≥1/100 jusqu’à <1/10), peu fréquent (≥1/1 000 jusqu’à <1/100) et rare (≥ 1/10 000 jusqu’à <1/1 000). , très rare (< 1/10 000), fréquence indéterminée (ne peut être estimée sur la base des données disponibles). Dans chaque classe de fréquence, les effets indésirables sont présentés par ordre décroissant de gravité.

Tableau 3.

Effets indésirables rapportés au cours des études cliniques (N = 1 722)

Classe de système

Très fréquent

Fréquent

Peu fréquent

d’organes

 

 

 

Affections

 

Neutropéniea (22%)

 

 

hématologiques et du

Anémieb (15%)

 

 

système lymphatique

Leucopéniec (15%)

 

 

Troubles du métabolisme

Diminution de l’appétit

Hypophosphatémie

 

et de la nutrition

(30%)

(6%)

 

Affections du système

Neuropathied (25%)

 

 

nerveux

 

Dysgueusie (21%)

 

 

Affections oculaires

Trouble de la visione

 

 

 

 

(63 %)

 

 

Affections cardiaques

Étourdissementf (26 %)

Insuffisance

 

 

 

Bradycardieg (13 %)

cardiaqueh (1 %)

 

 

 

 

Allongement de

 

 

 

 

l’intervalle QT (ECG)

 

 

 

 

(4%)

 

 

 

 

Syncope (3%)

 

Affections respiratoires,

 

Pneumopathie

 

thoraciques et

 

 

interstitiellei (3%)

 

médiastinales

 

 

 

 

Affections gastro-

Vomissements (51%)

Œsophagitek (2 %)

Perforation gastro-

intestinales

 

Diarrhée (54%)

Dyspepsie (8%)

intestinalel (< 1%)

 

 

Nausées (57%)

 

 

 

 

Constipation (43%)

 

 

 

 

Douleur abdominalej

 

 

Classe de système

Très fréquent

Fréquent

Peu fréquent

d’organes

 

 

 

 

(21%)

 

 

Affections hépatobiliaires

Augmentation des

Augmentation de la

Insuffisance

 

transaminasesm (32%)

phosphatase alcaline

hépatique (< 1%)

 

 

sérique (7%)

 

Affections de la peau et

Rash (13%)

 

 

du tissu sous-cutané

 

 

 

Affection du rein et des

 

Kyste rénaln (3%)

Insuffisance rénale

voies urinaires

 

Augmentation de la

aiguë (< 1 %)

 

 

créatininémieo (8 %)

Insuffisance rénale

 

 

 

(< 1 %)

Troubles généraux et

Œdèmep (47 %)

 

 

anomalies au site

Fatigue (30 %)

 

 

d’administration

 

 

 

Investigations

 

Diminution de la

 

 

 

testostéronémieq (2 %)

 

Les termes pour les événements qui représentent le même concept médical ou la même condition médicale ont été regroupés et rapportés comme un effet indésirable unique dans le Tableau 3. Les termes réellement rapportés au cours de l’étude jusqu’à la date d’analyse et contribuant à l’effet indésirable correspondant sont indiqués entre parenthèses ci-dessous.

a.Neutropénie (neutropénie fébrile, neutropénie, diminution des neutrophiles)

b.Anémie (anémie, hémoglobine diminuée, anémie hypochrome)

c.Leucopénie (leucopénie, globules blancs diminués)

d.Neuropathie (sensation de brûlure, dysesthésie, fourmillements, troubles de la démarche, hyperesthésie, hypo-esthésie, hypotonie, dysfonction motrice, atrophie musculaire, faiblesse musculaire, névralgie, névrite, neuropathie périphérique, neurotoxicité, paresthésie, neuropathie motrice périphérique, neuropathie sensori-moteur périphérique, neuropathie périphérique sensitive, paralysie du nerf sciatique, polyneuropathie, trouble sensoriel, sensation de brûlure cutanée)

e.Trouble de la vision (diplopie, halo, photophobie, photopsie, vision floue, baisse de l'acuité visuelle, brillance visuelle, détérioration de la vision, persistance visuelle, corps flottants du vitré)

f.Étourdissement (trouble de l'équilibre, étourdissement, sensation vertigineuse posturale, présyncope)

g.Bradycardie (bradycardie, fréquence cardiaque diminuée, bradycardie sinusale)

h.Insuffisance cardiaque (insuffisance cardiaque, insuffisance cardiaque congestive, diminution de la fraction d’éjection, insuffisance ventriculaire gauche, œdème pulmonaire). Sur l’ensemble des études cliniques (n=1 722), une insuffisance cardiaque tous grades confondus est survenue chez 19 (1,1 %) patients traités par le crizotinib, de grade 3 ou 4 chez 8 (0,5 %) patients et 3 (0,2 %) patients ont eu une évolution fatale.

i.Pneumopathie interstitielle (syndrome de détresse respiratoire aiguë, alvéolite, pneumopathie interstitielle diffuse, pneumopathie)

j.Douleur abdominale (gêne abdominale, douleur abdominale, douleur affectant la partie inférieure de l’abdomen, douleur affectant la partie supérieure de l’abdomen, sensibilité abdominale)

k.Œsophagite (œsophagite, ulcère de l'œsophage)

l.Perforation gastro-intestinale (perforation gastro-intestinale, perforation intestinale, perforation du gros intestin)

m.Augmentation des transaminases (augmentation de l’alanine aminotransférase, augmentation de l’aspartate aminotransférase, augmentation de la gamma-glutamyltransférase, augmentation des enzymes hépatiques, fonction hépatique anormale, test de la fonction hépatique anormal, augmentation des transaminases)

n. Kyste rénal (abcès rénal, kyste rénal, hémorragie d'un kyste rénal, infection de kyste rénal) o.Augmentation de la créatininémie (augmentation de la créatininémie, diminution de la clairance de la

créatinine rénale).

pŒdème (œdème de la face, œdème généralisé, gonflement local, œdème localisé, œdème, œdème périphérique, œdème péri-orbitaire)

q.Diminution de la testostéronémie (diminution de la testostéronémie, hypogonadisme, hypogonadisme secondaire).

Description des effets indésirables sélectionnés

Hépatotoxicité

Des cas d’hépatotoxicité médicamenteuse, dont certaines d’évolution fatale, ont été rapportés chez 0,1 % des 1 722 patients traités par crizotinib lors des essais cliniques. Des augmentations concomitantes des taux d’ALAT et/ou d’ASAT ≥ 3 × LSN et de bilirubine totale ≥ 2 × LSN sans

augmentation significative de la phosphatase alcaline (≤ 2 × LSN) ont été observées chez moins de 1% des patients traités par crizotinib.

Des augmentations de grade 3 ou 4 des taux d’ALAT ou d’ASAT ont été observées chez 187 patients (11%) et 95 patients (6%), respectivement. Pour 17 patients (1%), une augmentation du taux de transaminases a nécessité un arrêt définitif du traitement, ce qui suggère que les adaptations de la posologie telles que définies au tableau 2 (voir rubrique 4.2). permettent de gérer ces évènements. Dans l’étude 1014 de phase 3 randomisée, des augmentations de grade 3 ou 4 des taux d’ALAT ou d’ASAT ont été observées chez 15% et 8% des patients traités par crizotinib, contre 2% et 1% des patients traités par chimiothérapie, respectivement. Dans l’étude 1007 de phase 3 randomisée, des augmentations de grade 3 ou 4 des taux d’ALAT ou d’ASAT ont été observées chez 18% et 9% des patients traités par crizotinib et chez 5% et < 1% des patients traités par chimiothérapie, respectivement.

Les augmentations des transaminases sont généralement apparues au cours des 2 premiers mois de traitement. Au cours des études conduites chez des patients atteints d’un CBNPC ALK-positif ouROS1-positif et traités par crizotinib, le délai médian de survenue d’une élévation du taux des transaminases de grade 1 ou 2 était de 23 jours et de 43 jours pour les élévations de grade 3 ou 4.

Ces augmentations du taux des transaminases de grade 3 et 4 étaient généralement réversibles à l’arrêt du traitement. Lors d’études portant sur le crizotinib chez des patients atteints d’un CPNPC ALK- positif ouROS1-positif (N = 1 722), les augmentations du taux des transaminases ont conduit à des réductions de posologie chez 76 patients (4%) et à un arrêt définitif du traitement chez 17 patients (1%).

Crizotinib ne doit pas être utilisé chez les patients présentant une insuffisance hépatique sévère (voir rubriques 4.2, 4.3 et 4.4). L’apparition d’une hépatotoxicité doit être surveillée, et les patients doivent être pris en charge conformément aux recommandations présentées aux rubriques 4.2 et 4.4.

Effets gastro-intestinaux

Les événements gastro-intestinaux de toutes causes les plus fréquemment rapportés étaient des nausées (57%), des diarrhées (54%), des vomissements (51%) et de la constipation (43%). La majorité de ces événements étaient d’intensité légère à modérée. Le délai médian de survenue des nausées et des vomissements était de 3 jours et leur fréquence diminuait après 3 semaines de traitement. Le traitement symptomatique doit inclure l’administration de médicaments antiémétiques. Le délai médian d’apparition des diarrhées et des constipations était de 13 et 17 jours respectivement. Le traitement symptomatique des diarrhées et constipations doit inclure l’administration de traitements de référence antidiarrhéiques et laxatifs, respectivement.

Dans les études cliniques portant sur le crizotinib, des cas de perforation gastro-intestinale ont été rapportés. Après la mise sur le marché, des cas fatals de perforation gastro-intestinale ont été rapportés lors de l’utilisation du crizotinib (voir rubrique 4.4).

Allongement de l’intervalle QT

Au cours des études conduites chez des patients atteints d’un CPNPC soit ALK-positif soit ROS1- positif avancé, une valeur de l’intervalle QTcF (QT corrigé par la méthode de Fridericia) ≥ 500 msec a été observée chez 34 patients (2,1%) sur les 1 619 ayant fait l’objet d’une évaluation par ECG lors d’au moins une visite de suivi, et une augmentation maximum de l’intervalle QTcF ≥ 60 msec par rapport à la valeur initiale a été observée chez 79 patients (5,0%) sur les 1 585 ayant fait l’objet d’une

évaluation par ECG à l’inclusion et lors d’au moins une visite de suivi. Des allongements de l’intervalle QT de grade 3 ou 4 quel qu’en soit la cause ont été observés sur l’électrocardiogramme chez 27 patients (1,6 %) parmi les 1 722 traités au cours des essais cliniques (voir rubriques 4.2, 4.4, 4.5 et 5.2).

Dans une sous-étude à bras unique portant sur les ECG (voir rubrique 5.2), dans laquelle des mesures ECG étaient réalisées manuellement en aveugle, on a observé une augmentation de l’intervalle QTcF ≥ 30 à < 60 msec par rapport à la valeur initiale chez 11 patients (21%) et une augmentation de l’intervalle QTcF ≥ 60 msec par rapport à la valeur initiale chez un patient (2%). Aucun patient ne présentait un intervalle maximum QTcF ≥ 480 msec. L’analyse de tendance centralisée a indiqué que la variation moyenne la plus importante de l’intervalle QTcF par rapport à l’entrée dans l’étude était

de 12,3 msec (IC 95% 5,1 – 19,5 msec, moyenne des moindres carrés [MC] de l’analyse de la variance [ANOVA]) et se produisait 6 heures après la dose le Jour 1 du Cycle 2. Toutes les limites supérieures de l’IC à 90% pour la variation moyenne des MC de l’intervalle QTcF par rapport à la valeur initiale étaient < 20 msec à tous les temps de mesure du Jour 1 du Cycle 2.

Un allongement de l’intervalle QT peut provoquer des arythmies et constitue un facteur de risque de mort subite. Un allongement de l’intervalle QT peut se manifester cliniquement par une bradycardie, des étourdissements et une syncope. Des perturbations électrolytiques, une déshydratation et une bradycardie peuvent augmenter davantage le risque d’allongement de l’intervalle QTc, et de ce fait, une surveillance périodique de l’ECG et des taux des électrolytes est recommandée chez les patients présentant une toxicité gastro-intestinale (voir rubrique 4.4).

Bradycardie

Des bradycardies, toutes causes confondues, ont été rapportées chez 219 patients (13 %) parmi les 1 722 traités par crizotinib au cours des études conduites chez des patients atteints d’un CBNPC soit ALK-positif soit ROS1-positif. La majorité des événements étaient d’intensité légère. Au total,

259 patients (16 %), parmi les 1 666 patients ayant fait l’objet d’au moins une évaluation des signes vitaux lors d’une des visites de suivi, avaient un pouls < 50 bpm.

L’utilisation de médicaments concomitants entraînant une bradycardie doit être évaluée avec attention. Les patients développant une bradycardie symptomatique doivent être pris en charge conformément aux recommandations présentées dans les rubriques Ajustement de la posologie et Mises en garde spéciales et précautions d’emploi (voir rubriques 4.2, 4.4 et 4.5).

Pneumopathie interstitielle

Des pneumopathies interstitielles (PID) sévères, menaçant le pronostic vital ou d’évolution fatale peuvent survenir chez les patients traités par crizotinib. Au cours des études conduites chez des patients atteints d’un CPNPC soit ALK-positif soit ROS1-positif (N = 1 722), 50 patients (3%) recevant le crizotinib ont présenté une PID toutes causes confondues, tous grades confondus, parmi lesquels 18 patients (1%) ont présenté une PID de grade 3 ou 4, et 8 patients (< 1%) sont décédés. Après évaluation par un Comité de Revue indépendant (CRI) des patients présentant un CPNPC ALK- positif (N = 1 669), 20 patients (1,2%) ont présenté une PID, et 10 d’entre-eux (< 1%) sont décédés. Ces cas sont généralement survenus dans les 3 mois suivant l’instauration du traitement. Les patients présentant des symptômes pulmonaires évocateurs de PID doivent faire l’objet d’une surveillance. D’autres causes potentielles de PID doivent être éliminées (voir rubriques 4.2 et 4.4).

Effets visuels

Au cours des études cliniques portant sur le crizotinib conduites chez des patients atteints d’un CPNPC soit ALK-positif soit ROS1-positif avancé (N = 1 722), une altération du champ visuel de Grade 4 avec perte de la vision a été rapporté chez 4 patients (0,2 %). Une atrophie optique et une atteinte du nerf optique ont été rapportées comme des causes possibles d'une perte de la vision (voir rubrique 4.4).

Des troubles de la vision, toutes causes et tous grades confondus, le plus fréquemment une détérioration de la vision, une photopsie, une vision floue et des corps flottants du vitré ont été observés chez 1 084 patients (63 %) parmi les 1 722 traités par crizotinib. Chez les 1 084 patients ayant rencontré des troubles de la vision, les événements étaient d’intensité légère pour 95 % d’entre eux. La survenue d’un trouble de la vision a nécessité une interruption temporaire du traitement pour 7 patients (0,4%) et une réduction de la posologie pour 2 (0,1%). Aucun arrêt définitif du traitement n’a été associé à un trouble de la vision chez les 1 722 patients traités par crizotinib.

D’après les réponses obtenues au questionnaire d’évaluation des symptômes visuels (Visual Symptom Assessment Questionnaire, VSAQ-ALK), l’incidence des troubles visuels était plus élevée chez les patients traités par crizotinib que chez les patients traités par chimiothérapie dans les études 1007 et 1014. Les troubles de la vision sont généralement apparus dans la première semaine du traitement. La majorité des patients du bras crizotinib des études de phase 3 randomisée 1007 et 1014 (> 50 %) ont indiqué dans le questionnaire VSAQ-ALK avoir ressenti des troubles visuels à une fréquence de 4 à

7 jours chaque semaine, d’une durée maximum de 1 minute et ayant eu un impact léger voire nul (scores de 0 à 3 sur une échelle de 10) sur leurs activités quotidiennes.

Une sous-étude ophtalmologique incluant des évaluations ophtalmologiques spécifiques à des moments précis a été menée sur 54 patients atteints d’un CPNPC qui ont reçu 250 mg de crizotinib 2 fois par jour. Trente-huit patients sur 54 (70,4 %) ont présenté un évènement indésirable, toutes

causes confondues, apparu sous traitement, répertorié dans la classe de systèmes d’organes Affections oculaires ; parmi eux, 30 patients ont subi un examen ophtalmologique. Sur ces 30 patients, une anomalie ophtalmologique de tout type, a été signalée chez 14 patients (36,8 %) et aucune observation ophtalmologique n’a été constatée chez 16 patients (42,1 %). Les observations les plus fréquentes ont été constatées lors d’une biomicroscopie par lampe à fente (21,1 %), d’un examen du fond de l’œil (15,8 %) et d’un examen d’acuité visuelle (13,2 %). Des anomalies ophtalmologiques pré-existantes ainsi que des pathologies concomitantes qui pourraient avoir contribué aux observations oculaires ont été constatées chez de nombreux patients ; et aucun lien de causalité au crizotinib n’a donc pu être déterminé. Il n’y a eu aucune observation reliée à la numération des cellules aqueuses et l’évaluation de l’humeur aqueuse de la chambre antérieure. Aucun trouble de la vision associé au crizotinib n’a semblé être lié aux modifications de la meilleure acuité visuelle corrigée, du corps vitré, de la rétine ou du nerf optique.

Le traitement par crizotinib doit être arrêté chez les patients en cas d’apparition d’une perte de la vision de grade 4 et un examen ophtalmologique doit être réalisé. Un examen ophtalmologique est recommandé si les troubles de la vision persistent ou s’aggravent (voir rubriques 4.2 et 4.4).

Effets sur le système nerveux

Des neuropathies, toutes causes confondues, telles que décrites dans le tableau 3, sont survenues chez 435 patients (25%) parmi les 1 722 traités par crizotinib. Des dysgueusies, essentiellement de grade 1, ont également été très fréquemment rapportées dans ces études.

Kystes rénaux

Des kystes rénaux complexes, toutes causes confondues, ont été observés chez 52 patients (3%) parmi les 1 722 traités par crizotinib. Un envahissement local au-delà du rein a été observé chez certains patients. Une surveillance périodique avec examen radiologique et analyse d’urine doit être envisagée en cas d’apparition de kystes rénaux.

Neutropénie et leucopénie

Au cours des études conduites chez des patients atteints d’un CPNPC soit ALK-positif soit ROS1- positif avancé (N = 1 722), des neutropénies de grade 3 ou 4 ont été observées chez 212 patients (12 %) traités par crizotinib. Le délai médian de survenue des neutropénies, tous grades confondus,

était de 89 jours. Les neutropénies ont conduit à une réduction de posologie ou à un arrêt définitif du

traitement chez 3 % et < 1% des patients, respectivement. Moins de 0,5% des patients ont développé une neutropénie fébrile lors des études cliniques menées avec le crizotinib.

Au cours des études conduites chez des patients atteints d’un CPNPC soit ALK-positif soit ROS1- positif avancé (N = 1 722), des leucopénies de grade 3 ou 4 ont été observées chez 48 patients (3%) traités par crizotinib. Le délai médian de survenue des leucopénies, tous grades confondus, était de 85 jours.

Les leucopénies ont conduit à une réduction de dose chez < 0,5% des patients, et aucun patient n’a nécessité d’arrêt définitif du traitement par crizotinib en raison d’une leucopénie.

Dans des études cliniques portant sur le crizotinib chez des patients atteints d’un CPNPC soit ALK- positif soit ROS1-positif avancé, des diminutions du taux de leucocytes et de neutrophiles de grade 3 ou 4 ont été observées à une fréquence de 4% et de 13 % respectivement.

Une numération de la formule sanguine, incluant une numération différentielle des globules blancs, doit être réalisée si cliniquement indiquée, en répétant les tests plus fréquemment en cas d’anomalies de grade 3 ou 4, ou si de la fièvre ou une infection surviennent. Pour les patients qui développent des anomalies biologiques hématologiques, voir rubrique 4.2.

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation du médicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapport bénéfice/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent tout effet indésirable suspecté via le système national de déclaration - voir Annexe V.

4.9Surdosage

Le traitement du surdosage par ce médicament consiste en des mesures générales de traitement symptomatique. Il n’existe pas d’antidote au surdosage par XALKORI.

5.PROPRIÉTÉS PHARMACOLOGIQUES

5.1Propriétés pharmacodynamiques

Classe pharmacothérapeutique : Agents antinéoplasiques, inhibiteur de protéines kinases ; code ATC : L01XE16.

Mécanisme d’action

Le crizotinib est une petite molécule inhibitrice sélective du récepteur à activité tyrosine kinase (RTK) ALK et de ses variants oncogéniques (c’est à dire variants de fusion ALK et certaines mutations d’ALK). Le crizotinib est également un inhibiteur du RTK du facteur de croissance des hépatocytes (HGFR, c-Met), du ROS1 (c-ros) et du récepteur d’origine nantais (RON) RTK. Le crizotinib a montré une inhibition concentration-dépendante de l’activité kinase de l’ALK, du ROS1 et du c-Met dans des essais biochimiques, et a inhibé la phosphorylation et les phénotypes dépendants des kinases dans des modèles cellulaires. Le crizotinib a démontré une inhibition puissante et sélective de la croissance et a induit l’apoptose dans des lignées de cellules tumorales présentant des variants de fusion ALK (dont le type 4 de protéine associée au microtubule d’échinoderme [EML4]-ALK et la nucléophosmine [NPM]-ALK), des variants de fusion ROS1 ou présentant une amplification des locus géniques ALK ou Met. Le crizotinib a montré une efficacité antitumorale, notamment une activité antitumorale cytoréductrice marquée, chez des souris porteuses de xénogreffes tumorales exprimant des variants de fusion ALK. L’efficacité antitumorale du crizotinib a été dépendante de la dose et a montré une corrélation avec l’inhibition pharmacodynamique de la phosphorylation des protéines de fusion ALK (EML4-ALK et NPM-ALK) dans des tumeurs in vivo. Crizotinib a également démontré une activité antitumorale marquée lors d’études de xénogreffes de souris au cours desquelles des tumeurs ont été

générées à l’aide d’un panel de lignées cellulaires NIH-3T3 traitées pour exprimer les fusions ROS1 clés identifiées dans les tumeurs humaines. L’efficacité antitumorale du crizotinib était dépendante de la dose et il a été démontré une corrélation avec l’inhibition de la phosphorylation de ROS1 in vivo.

Études cliniques

CPNPC ALK-positif avancé non préalablement traité – étude 1014 de phase 3 randomisée

L’efficacité et la sécurité du crizotinib dans le traitement des patients atteints d’un CPNPC ALK- positif métastatique, n’ayant pas reçu de traitement systémique préalable pour la maladie avancée, ont été démontrées dans l’étude globale, randomisée et en ouvert 1014.

La population FAS (Full Analysis Set) comprenait 343 patients atteints d’un CPNPC ALK-positif avancé identifié par hybridation in situ en fluorescence (Fluorescence In Situ Hybridization, FISH) avant la randomisation : 172 patients ont été randomisés dans le bras crizotinib et 171 dans le bras chimiothérapie (pémétrexed + carboplatine ou cisplatine ; jusqu'à 6 cycles de traitement). Les caractéristiques démographiques et pathologiques de la population globale de l’étude étaient les suivantes : 62% des patients étaient des femmes, l’âge médian était de 53 ans, 95% des patients présentaient un indice de performance ECOG (Eastern Cooperative Oncology Group) de 0 ou 1 à l’entrée dans l’étude, 51% des patients étaient blancs et 46% étaient asiatiques, 4% étaient des fumeurs actifs, 32% étaient d’anciens fumeurs et 64% n’avaient jamais fumé. En ce qui concerne les caractéristiques pathologiques de la population globale de l’étude, 98% des patients présentaient des métastases, 92% des tumeurs étaient classifiées histologiquement comme adénocarcinomes et 27% des patients présentaient des métastases cérébrales.

Les patients pouvaient poursuivre le traitement par crizotinib après la progression de leur maladie, définie selon les critères RECIST (Response Evaluation Criteria in Solid Tumours), à la discrétion de l’investigateur s’ils présentaient toujours des bénéfices cliniques. Soixante-cinq patients (73%) parmi les 89 traités par crizotinib et 11 patients (8,3%) parmi les 132 traités par chimiothérapie ont continué le traitement pendant au moins 3 semaines après la progression objective de leur maladie. Les patients randomisés dans le bras chimiothérapie pouvaient recevoir le crizotinib en cas de progression de la maladie, définie selon les critères RECIST et confirmée par un comité indépendant de revue radiologique (Independent Radiology Review, IRR). Cent vingt patients (70%) du bras chimiothérapie ont reçu un traitement ultérieur par crizotinib.

Le crizotinib a significativement prolongé la survie sans progression (Progression-Free Survival, PFS), objectif principal de l’étude, par rapport à la chimiothérapie d’après les évaluations de l’IRR. Le bénéfice apporté par le crizotinib en termes de PFS était homogène dans les sous-groupes de caractéristiques initiales telles que l’âge, le sexe, l’origine ethnique, le statut tabagique, le délai depuis le diagnostic, l’indice de performance ECOG et la présence de métastases cérébrales. Les données d’efficacité de l’étude 1014 de phase 3 randomisée sont résumées dans le tableau 4, et les courbes de Kaplan-Meier de la PFS et de la survie globale (overall survival, OS) sont affichées dans les figures 1 et 2, respectivement. Les données de survie globale (OS) n’étaient pas matures au moment de l’analyse de la PFS.

Tableau 4. Résultats d’efficacité de l’étude 1014 de phase 3 randomisée (population FAS) chez des patients atteints d’un CPNPC ALK-positif avancé non préalablement traité

Critère de réponse

Crizotinib

 

Chimiothérapie

 

N = 172

 

N = 171

Survie sans progression (d’après l’IRR)

 

 

 

Nombre de patients ayant présenté un événement,

100 (58%)

 

137 (80%)

n (%)

 

 

 

PFS médiane en mois (IC à 95%)

10,9 (8,3, 13,9)

 

7,0a (6,8, 8,2)

RR (IC à 95%)b

0,45 (0,35, 0,60)

Valeur de pc

 

< 0,0001

Survie globaled

 

 

 

Nombre de décès, n (%)

44 (26%)

 

46 (27%)

OS médiane en mois (IC à 95%)

NA

 

NA

RR (IC à 95%)b

0,82 (0,54, 1,26)

Valeur de pc

 

0,1804

Probabilité de survie à 12 mois,d % (IC à 95%)

83,5 (76,7, 88,5)

 

78,6 (71,3, 84,2)

Probabilité de survie à 18 mois,d % (IC à 95%)

68,6 (59,5, 76,1)

 

67,3 (58,1, 74,9)

Taux de réponse objective (d’après l’IRR)

 

 

 

Taux de réponse objective % (IC à 95%)

74% (67, 81)

 

45%e (37, 53)

Valeur de pf

 

< 0,0001

Durée de réponse

 

 

 

Moisg (IC à 95%)

11,3 (8,1, 13,8)

 

5,3 (4,1, 5,8)

Abréviations : IC : intervalle de confiance ; RR : risque relatif ; IRR : comité indépendant de revue radiologique ; N/n nombre de patients ; NA : non atteint ; PFS : survie sans progression ; OS : survie globale.

a.La durée médiane de la PFS était de 6,9 mois (IC à 95% : 6,6, 8,3) avec le pémétrexed/la cisplatine (RR = 0,49 ; valeur de p < 0,0001 pour le crizotinib en comparaison avec le pémétrexed/la cisplatine) et de 7,0 mois (IC à 95% : 5,9, 8,3) avec le pémétrexed/la carboplatine (RR = 0,45 ; valeur de

p < 0,0001 pour le crizotinib en comparaison avec le pémétrexed/la carboplatine).

b.D’après l’analyse stratifiée à risques proportionnels de Cox.

c.D’après le test de log-rank stratifié (unilatéral).

d.L’analyse de l’OS n’a pas été ajustée pour les effets confondants potentiels du passage dans le bras crizotinib.

e.L’ORR était de 47% (IC à 95% : 37, 58) pour le pémétrexed/la cisplatine (valeur de p < 0,0001 en comparaison avec le crizotinib) et de 44% (IC à 95% : 32, 55) pour le pémétrexed/la carboplatine (valeur de p < 0,0001 en comparaison avec le crizotinib).

f.D’après le test de Cochran-Mantel-Haenszel stratifié (bilatéral).

g.Estimé selon la méthode de Kaplan-Meier.

Figure 1. Courbes de Kaplan-Meier de la survie sans progression (d’après l’IRR) par bras de traitement dans l'étude 1014 de phase 3 randomisée (population FAS) chez des patients atteints d’un CPNPC ALK-positif avancé non préalablement traité

Figure 2. Courbes de Kaplan-Meier de la survie globale par bras de traitement dans l’étude 1014 de phase 3 randomisée (population FAS) chez des patients atteints d’un CPNPC ALK-positif avancé non préalablement traité

Chez les patients présentant des métastases cérébrales préalablement traitées à l’entrée dans l’étude, le temps jusqu’à progression des métastases intracrâniennes (Intracranial Time to Progression, IC-TTP) médian était de 15,7 mois dans le bras crizotinib (N = 39) et de 12,5 mois dans le bras chimiothérapie (N = 40) (RR = 0,45 [IC à 95% : 0,19, 1,07] ; valeur de p unilatérale = 0,0315). Chez les patients sans métastases cérébrales à l’entrée dans l’étude, l’IC-TTP médian n’a été atteint ni dans le bras crizotinib (N = 132) ni dans les bras chimiothérapie (N = 131) (RR = 0,69 [IC à 95% : 0,33, 1,45] ; valeur de p unilatérale = 0,1617).

Les symptômes et la qualité de vie globale rapportés par les patients ont été évalués à l’aide de l’échelle EORTC QLQ-C30 et de son module sur le cancer du poumon (EORTC QLQ-LC13). Au total, 166 patients du bras crizotinib et 163 patients du bras chimiothérapie ont rempli les questionnaires EORTC QLQ-C30 et LC13 à l’inclusion, puis à au moins lors d’une autre visite de suivi. Une amélioration significativement plus importante de la qualité de vie globale a été observée

dans le bras crizotinib par rapport au bras chimiothérapie (variation globale par rapport aux scores à l’entrée dans l’étude de 13,8 ; valeur de p < 0,0001).

Le temps jusqu’à détérioration (Time to Deterioration, TTD) a été préalablement spécifié comme la première survenue d’une augmentation de ≥ 10 points, par rapport à l’entrée dans l’étude, des scores des symptômes de douleur thoracique, de toux ou de dyspnée tels qu’évalués par le questionnaire EORTC QLQ-LC13.

Le crizotinib a eu un effet bénéfique sur les symptômes en prolongeant de façon significative le TTD en comparaison avec la chimiothérapie (délai moyen de 2,1 mois contre 0,5 mois ; RR : 0,59 ; IC à 95% : 0,45, 0,77 ; valeur de p bilatérale du log-rank ajusté selon la méthode de Hochberg = 0,0005).

CPNPC ALK-positif avancé préalablement traité – étude 1007 de phase 3 randomisée

L’efficacité et la sécurité du crizotinib dans le traitement des patients atteints d’un CPNPC ALK- positif métastatique, ayant reçu un traitement systémique préalable pour la maladie avancée, ont été démontrées dans l’étude globale, randomisée et en ouvert 1007.

La population FAS comprenait 347 patients atteints d’un CPNPC ALK-positif avancé identifié par la technique FISH avant la randomisation. Cent soixante-treize (173) patients ont été randomisés dans le bras crizotinib et 174 dans le bras chimiothérapie (pémétrexed ou docétaxel). Les caractéristiques démographiques et pathologiques de la population globale de l’étude étaient les suivantes : 56% des patients étaient des femmes, l’âge médian était de 50 ans, 39% des patients présentaient un indice de performance ECOG de 0 à l’entrée dans l’étude et 52% un indice de 1, 52% des patients étaient blancs et 45% étaient asiatiques, 4% étaient des fumeurs actifs, 33% étaient d’anciens fumeurs et 63% n’avaient jamais fumé, 93% des patients présentaient des métastases et 93% des tumeurs étaient classifiées histologiquement comme adénocarcinomes.

Les patients pouvaient poursuivre le traitement qui leur avait été attribué après la progression de leur maladie, définie selon les critères RECIST, à la discrétion de l’investigateur s’ils semblaient tirer des bénéfices cliniques du traitement. Cinquante-huit des 84 patients (69%) traités par crizotinib et 17 des 119 patients (14%) traités par chimiothérapie ont poursuivi le traitement pendant au moins 3 semaines après la progression objective de leur maladie. Les patients randomisés dans le bras chimiothérapie pouvaient recevoir le crizotinib au moment de la progression de leur maladie, définie selon les critères RECIST et confirmée par l’IRR.

D’après les évaluations de l’IRR, le crizotinib a prolongé la PFS, objectif principal de l’étude, de façon significative, en comparaison avec la chimiothérapie. Le bénéfice apporté par le crizotinib en termes de PFS était homogène dans les sous-groupes de caractéristiques initiales, telles que l’âge, le sexe, l’origine ethnique, le statut tabagique, le délai depuis le diagnostic, l’indice de performance ECOG, la présence de métastases cérébrales et l’administration antérieure d’un ITK de l’EGFR.

Les données d’efficacité de l’étude 1007 sont résumées dans le tableau 5, et les courbes de Kaplan- Meier de la PFS et de l’OS sont présentées aux figures 3 et 4, respectivement.

Tableau 5. Résultats d’efficacité de l’étude 1007 de phase 3 randomisée chez des patients atteints d’un CPNPC avancé ALK-positif préalablement traité (population FAS)*

Critère de réponse

Crizotinib

Chimiothérapie

 

N = 173

N = 174

Survie sans progression (d’après l’IRR)

 

 

Nombre de patients ayant présenté un événement, n (%)

100 (58%)

127 (73%)

Type d’événement, n (%)

 

 

Progression de la maladie

84 (49%)

119 (68%)

Décès sans progression objective

16 (9%)

8 (5%)

PFS médiane en mois (IC à 95%)

7,7 (6,0, 8,8)

3,0a (2,6, 4,3)

RR (IC à 95%)b

0,49 (0,37, 0,64)

Valeur de pc

< 0,0001

Survie globaled

 

 

Nombre de décès, n (%)

116 (67%)

126 (72%)

OS médiane en mois (IC à 95%)

21,7 (18,9, 30,5)

21,9 (16,8, 26,0)

RR (IC à 95%)b

0,85 (0,66, 1,10)

Valeur de pc

0,1145

Probabilité de survie à 6 moise, % (IC à 95%)

86,6 (80,5, 90,9)

83,8 (77,4, 88,5)

Probabilité de survie à 1 ane, % (IC à 95%)

70,4 (62,9, 76,7)

66,7 (59,1, 73,2)

Taux de réponse objective (d’après l’IRR)

 

 

Taux de réponse objective, % (IC à 95%)

65% (58, 72)

20%f (14, 26)

Valeur de pg

< 0,0001

Durée de réponse

 

 

Médianee, mois (IC à 95%)

7,4 (6,1, 9,7)

5,6 (3,4, 8,3)

Abréviations : IC : intervalle de confiance ; RR : risque relatif, IRR : comité indépendant de revue radiologique ; N/n nombre de patients ; PFS : survie sans progression ; OS : survie globale.

*La PFS, le taux de réponse objective et la durée de réponse sont définis d’après la date d’analyse du 30 mars 2012 ; l’OS est définie d’après la date d’analyse du 31 août 2015.

a.La durée médiane de la PFS était de 4,2 mois (IC à 95% : 2,8, 5,7) avec le pémétrexed (RR = 0,59 ; valeur de p = 0,0004 pour le crizotinib en comparaison avec le pémétrexed) et de 2,6 mois (IC à 95% : 1,6, 4,0) avec le docétaxel (RR = 0,30 ; valeur de p < 0,0001 pour le crizotinib en comparaison avec le docétaxel).

b.D’après l’analyse stratifiée à risques proportionnels de Cox.

c.D’après le test de log-rank stratifié (unilatéral).

d.Actualisée d’après l’analyse de l’OS finale. L'analyse de l’OS finale n'a pas été ajustée pour les effets confondants potentiels du passage dans le bras crizotinib (154 [89%] patients ont reçu un traitement ultérieur par crizotinib).

e.Estimée par la méthode Kaplan-Meier.

f.L’ORR était de 29% (IC à 95% : 21, 39) avec le pémétrexed (valeur de p < 0,0001 en comparaison avec le crizotinib) et de 7% (IC à 95% : 2, 16) avec le docétaxel (valeur de p < 0 ,0001 en comparaison avec le crizotinib).

g.D’après le test de Cochran-Mantel-Haenszel stratifié (bilatéral).

Figure 3. Courbes de Kaplan-Meier de la survie sans progression (d’après l’IRR) par bras de traitement dans l’étude 1007 de phase 3 randomisée (population FAS) chez des patients atteints d’un CPNPC avancé ALK-positif préalablement traité

Figure 4. Courbes de Kaplan-Meier de la survie globale par bras de traitement dans l’étude 1007 de phase 3 randomisée (population FAS) chez des patients atteints d’un CPNPC avancé ALK-positif préalablement traité

Probabilité de survie (%)

XALKORI (N =173)

Médiane 21,7mois

Chimiothérapie (N = 174)

Médiane21,9mois

Risque relatif = 0,85 ICà95%(0,66- 1,10)

p =0,1145

Nombre de

 

patients à risque

Temps (mois)

XALKORI

Chimiothérapie

Cinquante-deux (52) patients traités par crizotinib et 57 patients traités par chimiothérapie et présentant des métastases cérébrales asymptomatiques préalablement traitées ou non ont été inclus dans l’étude 1007 de phase 3 randomisée. Le taux de contrôle de la maladie intracrânienne (Intracranial Disease Control Rate, IC-DCR) à 12 semaines était de 65% et de 46% pour les patients traités par crizotinib et par chimiothérapie, respectivement.

Les symptômes et la qualité de vie globale rapportés par les patients ont été évalués à l’aide du questionnaire EORTC QLQ-C30 et de son module pour le cancer du poumon (EORTC QLQ-LC13) à l’inclusion (Jour 1 du Cycle 1) et le Jour 1 de chaque cycle de traitement suivant. Au total, 162 patients du bras crizotinib et 151 patients du bras chimiothérapie ont rempli les questionnaires EORTC QLQ-C30 et LC-13 à l’inclusion puis à au moins 1 autre visite.

Le crizotinib a eu un effet bénéfique sur les symptômes en prolongeant de façon significative le temps jusqu’à détérioration (délai médian de 4,5 mois contre 1,4 mois) des symptômes de douleur thoracique, de dyspnée ou de toux rapportés par les patients, par rapport à la chimiothérapie (RR : 0,50 ; IC à 95% : 0,37, 0,66 ; valeur de p bilatérale du log-rank ajusté selon la méthode de Hochberg < 0,0001).

Les améliorations par rapport à l’entrée dans l’étude ont été significativement supérieures avec le crizotinib, en comparaison avec la chimiothérapie, en ce qui concerne l’alopécie (Cycles 2 à 15 ; valeur de p < 0,05), la toux (Cycles 2 à 20 ; valeur de p < 0,0001), la dyspnée (Cycles 2 à 20 ; valeur de p < 0,0001), l’hémoptysie (Cycles 2 à 20 ; valeur de p < 0,05), les douleurs au bras ou à l’épaule (Cycles 2 à 20 ; valeur de p < 0,0001), les douleurs thoraciques (Cycles 2 à 20 ; valeur de p < 0,0001) et les douleurs dans d’autres régions du corps (Cycles 2 à 20 ; valeur de p < 0,05). La détérioration, par rapport à l’entrée dans l’étude, des neuropathies périphériques (Cycles 6 à 20 ; valeur de p < 0,05), des dysphagies (Cycles 5 à 11 ; valeur de p < 0,05) et des lésions buccales (Cycles 2 à 20 ; valeur de p < 0,05) a été significativement plus faible avec le crizotinib en comparaison avec la chimiothérapie.

D’une manière générale, le crizotinib a permis d’améliorer la qualité de vie globale, et les améliorations observées par rapport à l’entrée dans l’étude ont été significativement plus importantes dans le bras crizotinib par rapport au bras chimiothérapie (Cycles 2 à 20 ; valeur de p < 0,05).

Études à un seul bras menées sur des patients atteints de CPNPC ALK-positif avancé

L’utilisation du crizotinib en monothérapie pour le traitement du CPNPC ALK-positif avancé a été évaluée dans deux études internationales, à un seul bras (études 1001 et 1005). Parmi les patients inclus dans ces études, les patients décrits ci-dessous avaient reçu un traitement systémique antérieur pour un cancer localement avancé ou métastatique. Dans ces deux études, le critère principal d’efficacité était le taux de réponse objective (ORR) selon les critères RECIST.

Au total, 149 patients atteints de CPNPC ALK-positif avancé étaient inclus dans l’étude 1001 au moment de l’analyse de la PFS et de l’ORR, dont 125 qui avaient reçu au moins un traitement antérieur. Les données démographiques et pathologiques étaient les suivantes : 50% des patients étaient des femmes, l’âge médian était de 51 ans, 32% des patients présentaient un indice de performance ECOG de 0 à l’entrée dans l’étude et 55% un indice de 1, 61% des patients étaient blancs et 30% étaient asiatiques, moins de 1% des patients étaient des fumeurs actifs, 27% étaient d’anciens fumeurs et 72% n’avaient jamais fumé, 94% des cancers étaient métastatiques et 98% étaient classifiées histologiquement comme adénocarcinomes. La durée médiane du traitement était de 42 semaines.

Au total, 934 patients atteints de CPNPC ALK-positif avancé avaient reçu du crizotinib dans l’étude 1005 au moment de l’analyse de la PFS et de l’ORR. Les données démographiques et pathologiques étaient les suivantes : 57% des patients étaient des femmes, l’âge médian était de 53 ans, 82% des patients présentaient un indice de performance ECOG de 0/1 à l’entrée dans l’étude et 18% un indice de 2/3, 52% des patients étaient blancs et 44% étaient asiatiques, 4% des patients étaient des fumeurs actifs, 30% étaient d’anciens fumeurs et 66% n’avaient jamais fumé, 92% des cancers étaient métastatiques et 94% étaient classifiées histologiquement comme adénocarcinomes. La durée médiane du traitement pour ces patients était de 23 semaines. Les patients pouvaient poursuivre le traitement après la progression de leur maladie, définie selon les critères RECIST, à la discrétion de l’investigateur. Soixante-dix-sept des 106 patients (73%) ont continué le traitement par crizotinib pendant au moins 3 semaines après la progression objective de leur maladie.

Les résultats d’efficacité des études 1001 et 1005 sont présentés dans le tableau 6.

Tableau 6. Résultats d’efficacité des études 1001 et 1005 dans le CPNPC avancé ALK-positif

Critère d’efficacité

Étude 1001

Étude 1005

 

 

 

 

N = 125a

N = 765a

Taux de réponse objective (ORR)b [% (IC à 95 %)]

60 (51, 69)

48 (44, 51)

Délai de réponse tumorale (TTR) [médiane (limites)] en semaines

7,9 (2,1, 39,6)

6,1 (3, 49)

Durée de réponse (DR)c [médiane (IC à 95 %)] en semaines

48,1 (35,7, 64,1)

47,3 (36, 54)

Survie sans progressionc (PFS) [médiane (IC à 95%)] en mois

9,2 (7,3, 12,7)

7,8 (6,9, 9,5)d

 

N = 154e

N = 905e

Nombre de décès, n (%)

83 (54 %)

504 (56 %)

Survie globalec [médiane (IC à 95 %)] mois

28,9 (21,1, 40,1)

21,5 (19,3, 23,6)

Abréviation : IC : intervalle de confiance ; N/n nombre de patients.

a.Lors des dates d’analyse : 1er juin 2011 (Étude 1001) et 15 février 2012 (Étude 1005).

b.La réponse n’a pas pu être évaluée chez trois patients de l’étude 1001 et chez 42 patients de l'étude 1005.

c.Estimée par la méthode Kaplan-Meier.

d.Les données de PFS de l’étude 1005 portent sur 807 patients de la population de l’analyse de sécurité diagnostiqués au moyen de la technique FISH (date d’analyse : 15 février 2012).

e.Lors de la date d’analyse : 30 novembre 2013.

CPNPC ROS1-positif avancé

L’utilisation du crizotinib en monothérapie dans le traitement du CPNPC ROS1-positif avancé a été évaluée dans une étude multicentrique, internationale, à bras unique, l’étude 1001. Au total, 53 patients atteints de CPNPC ROS1-positif avancé avaient été inclus dans l’étude à la date d’analyse, parmi lesquels 46 patients atteints de CPNPC ROS1-positif avancé précédemment traité et un nombre limité de patients (N = 7) n’ayant pas reçu de traitement systémique antérieur. Le critère principal d’efficacité était l’ORR selon les critères RECIST. Les critères secondaires étaient : TTR, DR, PFS et OS. Les patients recevaient 250 mg de crizotinib par voie orale deux fois par jour.

Les données démographiques étaient les suivantes : 57 % des patients étaient des femmes, l’âge médian était de 55 ans ; 98 % des patients présentaient un indice de performance ECOG de 0 ou 1 à l’entrée dans l’étude et 2 % un indice de 2. Cinquante-sept pour cent (57 %) des patients étaient blancs et 40 % étaient asiatiques ; 25 % des patients étaient d’anciens fumeurs et 75 % n’avaient jamais fumé. Les caractéristiques de la pathologie étaient les suivantes : 91 % des patients présentaient un cancer à un stade métastatique, 96 % un adénocarcinome et 13 % n’avaient reçu aucun traitement systémique antérieur pour un cancer métastatique.

Dans l’étude 1001, les patients devaient présenter un CPNPC ROS1-positif avancé avant d’être inclus dans l’essai clinique. Pour la plupart de patients, le statut ROS1-positif a été identifié par FISH. La durée médiane du traitement était de 101 semaines. Il a été observé 5 réponses complètes et 32 réponses partielles pour un ORR de 70 % (IC à 95 % : 56 %, 82 %). La DR médiane n’a pas été atteinte (IC à 95 % : 15,2 mois, Non atteint (NR)). Cinquante et un pour cent des réponses tumorales objectives ont été obtenues au cours des 8 premières semaines de traitement. La PFS médiane à la date de l’analyse était de 19,3 mois (IC à 95 % : 14,8, NR). Les données relatives à la survie globale n’étaient pas exploitables à la date de l’analyse.

Les données d’efficacité des patients atteints d’un CPNPC ROS1-positif avancé dans l’étude 1001 sont résumées dans le tableau 7.

Tableau 7. Résultats d’efficacité de l’étude 1001 dans le CPNPC avancé ROS1-positif

Critère d’efficacité

Étude 1001

N = 53a

Taux de réponse objective (ORR) [% (IC à 95 %)]

(56, 82)

Délai de réponse tumorale (TTR) [médiane (limites)] en

(4, 32)

semaines

 

 

Durée de réponse (DR)b [médiane (IC à 95 %)] en semaines

NR (15,2, NR)

Survie sans progression (PFS)b [médiane (IC à 95 %)] en mois

19,3 (14,8, NR)

Abréviation : IC : intervalle de confiance ; N/n : nombre de patients ; NR : non atteint.

a.Lors de la date d’analyse : 30 novembre 2014.

b.Estimée par la méthode Kaplan-Meier.

Histologie autre qu’adénocarcinome

Les études 1014 et 1007 de phase 3 randomisées ont respectivement inclus 21 patients non préalablement traités et 12 patients préalablement traités pour un CPNPC ALK-positif avancé dont l’histologie n’était pas un adénocarcinome. Les sous-groupes de ces études étaient de trop petite taille pour permettre de tirer des conclusions fiables. Il convient de noter qu’aucun patient atteint de CE n’a été randomisé dans le bras crizotinib de l’étude 1007 et qu’aucun patient atteint de CE n’a été inclus dans l’étude 1014 en raison de l’utilisation d’un traitement par pémétrexed comme comparateur.

Les informations disponibles proviennent de 45 patients préalablement traités pour un CPNPC dont l’histologie n’est pas un adénocarcinome (dont 22 patients atteints de CE) évaluables pour la réponse dans l'étude 1005. Des réponses partielles ont été observées chez 20 patients parmi les 45 atteints de CPNPC de type non-adénocarcinome avec un ORR de 44% et chez 9 patients parmi les 22 atteints de CPNPC de type épidermoïde avec un ORR de 41%, qui étaient tous deux inférieurs à l’ORR rapporté au cours de l’étude 1005 (54%) pour tous les patients.

Réadministration de crizotinib

Aucune donnée de sécurité et d’efficacité n’est disponible concernant la réadministration de crizotinib chez des patients préalablement traités par crizotinib.

Patients âgés

Parmi les 171 patients atteints de CPNPC ALK-positif traités par crizotinib, dans le cadre de l’étude 1014 de phase 3 randomisée, 22 (13%) étaient âgés de 65 ans ou plus et 26 (24%) parmi les 109 patients ALK-positifs qui ont reçu crizotinib après avoir progressé dans le bars chimiothérapie. Parmi les 172 patients ALK-positifs traités par crizotinib dans le cadre de l’étude 1007 de phase 3 randomisée, 27 (16%) étaient âgés de 65 ans ou plus. Dans le cadre des études simple bras, 1001 (N=154) et 1005 (N=1063) conduites chez des patients atteints de CPNPC ALK-positif , 22 (14%) et 173 (16 %) étaient âgés de 65 ans ou plus, respectivement. Chez les patients atteints de CPNPC ALK- positif, la fréquence des effets indésirables a été généralement similaire chez les patients de < 65 ans et chez les patients de 65 ans, à l'exception de l'œdème et de la constipation, qui ont été rapportés plus fréquemment (≥ 15% de différence) dans l'étude 1014 chez les patients traités par crizotinib âgés de65 ans. Aucun patient inclus dans le bras crizotinib des études 1007 et 1014 de phase 3 randomisées et inclus dans l’étude 1005 à bras unique n’était âgé de > 85 ans. Un patient ALK-positif sur 154 était âgé de > 85 ans dans l'étude 1001 à bras unique (voir également rubriques 4.2 et 5.2). Parmi les 53 patients atteints de CPNPC ROS1-positif de l’étude 1001 à bras unique, 15 (28 %) étaient âgés de 65 et plus. Il n’y avait aucun patient ROS1-positif âgés de > 85 ans dans l’étude 1001.

Population pédiatrique

L’Agence européenne des médicaments a accordé une dérogation à l’obligation de soumettre les résultats d’études réalisées avec XALKORI dans tous les sous-groupes de la population pédiatrique dans le CPNPC (voir rubrique 4.2 pour les informations concernant l’usage pédiatrique).

5.2Propriétés pharmacocinétiques

Absorption

Après l’administration orale d’une dose unique à jeun, le temps médian d’absorption du crizotinib pour atteindre le pic de concentration est de 4 à 6 heures. Avec une administration deux fois par jour, l’état d’équilibre est atteint sous 15 jours. La biodisponibilité absolue du crizotinib est de 43 % après l’administration d’une dose unique orale de 250 mg.

La consommation d’un repas riche en graisses a réduit l’AUCinf et la Cmax du crizotinib d’environ 14 % chez des volontaires sains ayant reçu une dose unique de 250 mg. Le crizotinib peut être pris pendant ou en dehors des repas (voir rubrique 4.2).

Distribution

Le volume de distribution moyen géométrique (Vss) du crizotinib était de 1772 L après administration intraveineuse d’une dose de 50 mg, ce qui indique une large distribution tissulaire à partir du plasma.

La liaison du crizotinib aux protéines plasmatiques humaines in vitro est de 91 % et est indépendante de la concentration de médicament. Des études in vitro semblent indiquer que le crizotinib est un substrat de la glycoprotéine P (P-gp).

Biotransformation

Des études in vitro ont montré que les CYP3A4/5 étaient les enzymes principalement impliquées dans la clairance métabolique du crizotinib. Chez l’homme, les principales voies métaboliques sont l’oxydation de l’anneau de pipéridine en crizotinib lactame et son O-désalkylation, suivies de la conjugaison de phase 2 des métabolites désalkylés.

Des études in vitro menées sur des microsomes hépatiques humains ont montré que le crizotinib est un inhibiteur des CYP2B6 et CYP3A dépendant du temps (voir rubrique 4.5). Des études in vitro indiquent qu’il est peu probable que des interactions médicamenteuses cliniques surviennent suite à l’inhibition médiée par le crizotinib du métabolisme des médicaments qui sont des substrats du CYP1A2, CYP2C8, CYP2C9, CYP2C19 ou du CYP2D6.

Des études in vitro ont montré que le crizotinib est un inhibiteur faible de l’UGT1A1 et de l’UGT2B7 (voir rubrique 4.5). Cependant, des études in vitro ont indiqué qu’il est peu probable que des interactions médicamenteuses cliniques surviennent suite à l’inhibition médiée par le crizotinib du métabolisme des médicaments qui sont des substrats de l’UGT1A4, UGT1A6 ou UGT1A9.

Des études in vitro menées sur des hépatocytes humains ont indiqué qu’il est peu probable que des interactions médicamenteuses cliniques surviennent suite à une induction médiée par le crizotinib du métabolisme des médicaments qui sont des substrats du CYP1A2.

Élimination

Après l’administration de doses uniques de crizotinib chez l’homme, la demi-vie plasmatique terminale apparente du crizotinib était de 42 heures.

Après l’administration à des sujets sains d’une dose unique de 250 mg de crizotinib radiomarqué, 63 % et 22 % de la dose administrée ont été retrouvés respectivement dans les fèces et dans les urines. Le crizotinib sous forme inchangée représentait environ 53 % et 2,3 % de la dose administrée retrouvée respectivement dans les fèces et dans les urines.

Administration concomitante avec des médicaments qui sont des substrats des transporteurs

In vitro, le crizotinib est un inhibiteur de la glycoprotéine P (P-gp). Par conséquent, le crizotinib peut potentiellement augmenter les concentrations plasmatiques des médicaments administrés de façon concomitante et qui sont des substrats de la P-gp (voir rubrique 4.5).

In vitro, le crizotinib est un inhibiteur de l’OCT1 et de l’OCT2. Par conséquent, le crizotinib peut potentiellement augmenter les concentrations plasmatiques des médicaments administrés de façon concomitante et qui sont des substrats de l’OCT1 ou de l’OCT2 (voir rubrique 4.5).

In vitro, à des concentrations cliniquement significatives, le crizotinib n’a pas inhibé les protéines de transport hépatiques humaines, les polypeptides de transport des anions organiques (OATP)1B1 et OATP1B3 qui participent à la capture du médicament au niveau hépatique, ni les protéines de transport rénales, les transporteurs d’anions organiques (OAT)1 et OAT3 qui participent à la capture du médicament au niveau rénal. Il est donc peu probable que des interactions médicamenteuses cliniques surviennent suite à l’inhibition médiée par le crizotinib de la capture hépatique ou rénale des médicaments qui sont des substrats de ces transporteurs.

Effet sur d’autres protéines de transport

In vitro, le crizotinib n’est pas un inhibiteur de la BSEP à des concentrations cliniquement significatives.

Pharmacocinétique dans des populations particulières

Insuffisance hépatique

Le crizotinib étant largement métabolisé par le foie, une insuffisance hépatique est susceptible d’entraîner une augmentation des concentrations plasmatiques de crizotinib. Cependant, le crizotinib n’a pas été étudié chez les patients atteints d’une insuffisance hépatique. Les études ayant été menées ont exclu les patients présentant des valeurs d’ASAT et d’ALAT > 2,5 x LSN ou, si elle était due à la tumeur sous-jacente, > 5,0 x LSN ou avec une bilirubine totale > 1,5 x LSN (voir rubrique 4.2). L’analyse pharmacocinétique de population réalisée sur les données issues de ces études a indiqué que les valeurs de bilirubine totale ou d’ASAT relevées à l’inclusion n’avaient pas impacté de façon cliniquement significative la pharmacocinétique du crizotinib.

Insuffisance rénale

Les études 1001 et 1005 à bras unique ont inclus des patients présentant une insuffisance rénale légère (60 ≤ Clcr < 90 ml/min) ou modérée (30 ≤ Clcr < 60 ml/min). L’effet de la fonction rénale, mesurée par la Clcr à l’inclusion, sur les concentrations minimales de crizotinib observées à l’état d’équilibre

(Cminss) a été évalué. Dans l’étude 1001, les moyennes géométriques ajustées de la Cminss plasmatique chez les patients présentant une insuffisance rénale légère (N = 35) ou modérée (N = 8) étaient

supérieures de 5,1 % et de 11 % respectivement à celles relevées chez les patients ayant une fonction rénale normale. Dans l’étude 1005, les moyennes géométriques ajustées de la Cminss du crizotinib dans les groupes présentant une insuffisance rénale légère (N = 191) ou modérée (N = 65) étaient supérieures de 9,1 % et de 15 % respectivement à celles relevées chez les patients ayant une fonction rénale normale. En outre, l’analyse pharmacocinétique de population réalisée sur les données des études 1001, 1005 et 1007 a indiqué que la Clcr n’avait pas d’effet cliniquement significatif sur la pharmacocinétique du crizotinib. Du fait de la faible augmentation de l’exposition au crizotinib (5- 15 %), aucun ajustement de la posologie initiale n’est recommandé chez les patients présentant une insuffisance rénale légère ou modérée.

Après administration d’une dose unique de 250 mg chez des sujets présentant une insuffisance rénale sévère (Clcr < 30 ml/min) ne nécessitant pas de dialyse péritonéale ou d’hémodialyse, l’AUC et la Cmax du crizotinib ont été augmentées de 79% et 34%, respectivement, en comparaison à celles des sujets présentant une fonction rénale normale. Un ajustement de la posologie du crizotinib est recommandé

lors de l’administration du crizotinib chez des patients présentant une insuffisance rénale sévère ne nécessitant pas de dialyse péritonéale ou d’hémodialyse (voir rubriques 4.2 et 4.4).

Âge

Selon l’analyse pharmacocinétique de population réalisée sur les données des études 1001, 1005 et 1007, l’âge n’a aucun effet sur la pharmacocinétique du crizotinib (voir rubriques 4.2 et 5.1).

Poids et sexe

Selon l’analyse pharmacocinétique de population réalisée sur les données des études 1001, 1005 et 1007, le poids et le sexe n’ont pas d’effet cliniquement significatif sur la pharmacocinétique du crizotinib.

Origine ethnique

D’après l’analyse pharmacocinétique de population menée sur les données des études 1001, 1005 et 1007, l’AUC prévu à l’état d’équilibre (IC à 95%) des patients asiatiques (N = 523) était 23% à 37% supérieure à celle des patients non asiatiques (N = 691).

Au cours des études conduites chez des patients atteints de CPNPC ALK-positif avancé (N = 1 669), les effets indésirables suivants étaient rapportés avec une différence absolue de ≥ 10% chez les patients asiatiques (N = 753) par rapport aux patients non asiatiques (N = 916) : augmentation du taux des transaminases, diminution de l’appétit, neutropénie et leucopénie. Aucun effet indésirable n’a été rapporté avec une différence absolue de ≥ 15%.

Patients âgés

Les données sont limitées dans ce sous-groupe de patients (voir rubriques 4.2 et 5.1). Selon l’analyse pharmacocinétique de population réalisée sur les données des études 1001, 1005 et 1007, l’âge n’a aucun effet sur la pharmacocinétique du crizotinib.

Électrophysiologie cardiaque

Le potentiel d’allongement de l’intervalle QT du crizotinib a été évalué chez les patients atteints de CPNPC ALK-positif ouROS1-positif qui ont reçu 250 mg de crizotinib deux fois par jour. Des ECG réalisés en série de trois répétitions ont été obtenus après l’administration d’une dose unique et à l’état d’équilibre afin d’évaluer l’effet du crizotinib sur les intervalles QT. Chez 34 des 1 619 patients (2,1%) ayant fait l’objet d’une évaluation par ECG lors d’au moins une visite de suivi, le QTcF était ≥ 500 msec et 79 des 1 585 patients (5,0 %) ayant fait l’objet d’une évaluation par ECG à l’inclusion et lors d’au moins une visite de suivi présentaient une augmentation du QTcF ≥ 60 msec par rapport à la valeur initiale, d’après la lecture automatisée de l’ECG (voir rubrique 4.4).

Une sous-étude portant sur les ECG, dans laquelle des mesures ECG étaient réalisées manuellement en aveugle, a été menée chez 52 patients présentant un CPNPC ALK-positif et recevant 250 mg de crizotinib deux fois par jour. On a observé une augmentation de l’intervalle QTcF ≥ 30 à < 60 msec par rapport à la valeur initiale chez 11 patients (21%) et une augmentation de l’intervalle QTcF ≥ 60 msec par rapport à la valeur initiale chez un patient (2%). Aucun patient ne présentait un intervalle maximum QTcF ≥ 480 msec. L’analyse de tendance centralisée a indiqué que toutes les limites supérieures de l’IC à 90% pour la variation moyenne des MC de l’intervalle QTcF par rapport à la valeur initiale étaient < 20 msec à tous les temps de mesure du Jour 1 du Cycle 2. Une analyse pharmacocinétique/pharmacodynamique semble indiquer une relation entre la concentration plasmatique de crizotinib et le QTc. De plus, il est apparu que le ralentissement de la fréquence cardiaque était associé à l’augmentation des concentrations plasmatiques de crizotinib (voir rubrique 4.4) ; la diminution moyenne maximale étant de 17,8 battements par minute (bpm) après 8 heures au Jour 1 du Cycle 2.

5.3Données de sécurité préclinique

Au cours d'études de toxicité de doses répétées chez le rat et le chien allant jusqu’à 3 mois, les effets principaux sur les organes cibles ont concerné le système gastro-intestinal (vomissements, modifications fécales, congestion), hématopoïétique (hypocellularité de la moelle osseuse), cardiovasculaire (inhibiteur calcique de type mixte, diminution de la fréquence cardiaque et de la pression sanguine, augmentation de la pression télédiastolique ventriculaire gauche, allongement des intervalles QRS et PR et diminution de la contractilité du myocarde) ou reproducteur (dégénérescence des spermatocytes pachytènes testiculaires, nécrose monocellulaire des follicules ovariens). Les doses sans effet nocif observé (No Observed Adverse Effect Levels, NOAEL) pour ces observations ont été soit sous-thérapeutiques soit jusqu'à 2,6 fois l'exposition clinique chez l'homme sur la base de l'AUC. D'autres observations ont révélé un effet sur le foie (augmentation des transaminases hépatiques) et sur la fonction rétinienne, et un risque de phospholipidose dans plusieurs organes, sans toxicités corrélatives.

Le crizotinib n'a pas été mutagène in vitro dans le test de mutation inverse bactérienne (test d’Ames). Le crizotinib a été aneugène dans un test in vitro sur micronoyau sur des cellules d'ovaire de hamster chinois et dans un test in vitro d'aberration chromosomique réalisé sur des lymphocytes humains. De petites augmentations des aberrations chromosomiques structurelles ont été observées dans les lymphocytes humains à des concentrations cytotoxiques. La NOAEL pour l'aneugénicité a été environ 1,8 fois supérieure à l'exposition clinique chez l'homme sur la base de l'AUC.

Aucune étude de carcinogénicité n'a été réalisée avec le crizotinib.

Aucune étude spécifique n'a été conduite avec le crizotinib chez l’animal pour évaluer son effet sur la fertilité ; cependant, on estime que le crizotinib peut affecter la fonction reproductrice et la fertilité chez l'homme au vu des résultats obtenus lors des études de toxicité de doses répétées chez le rat. Les résultats observés sur l'appareil reproducteur mâle ont inclus une dégénérescence des spermatocytes pachytènes testiculaires chez les rats ayant reçu ≥ 50 mg/kg/jour pendant 28 jours (environ 1,1 fois l'exposition clinique chez l'homme sur la base de l'AUC). Les résultats observés sur l'appareil reproducteur femelle ont inclus une nécrose monocellulaire des follicules ovariens chez une rate ayant reçu 500 mg/kg/jour pendant 3 jours.

Le crizotinib ne s'est pas avéré tératogène chez les rates ni chez les lapines gravides. La perte post- implantation a été plus élevées à des doses ≥ 50 mg/kg/jour (environ 0,4 fois l'AUC à la dose recommandée chez l'homme) chez le rat, et une diminution du poids corporel fœtal a été considérée comme un effet secondaire chez le rat et le lapin à 200 et 60 mg/kg/jour respectivement (environ 1,2 fois l'exposition clinique chez l'homme sur la base de l'AUC).

Une diminution de la formation osseuse dans les os longs en croissance a été observée chez des rats juvéniles à la dose de 150 mg/kg/jour après une administration quotidienne pendant 28 jours (environ 3,3 fois l'exposition clinique chez l'homme sur la base de l'AUC). D'autres toxicités potentiellement préoccupantes pour les patients pédiatriques n'ont pas été évaluées chez les animaux juvéniles.

Les résultats d'une étude de phototoxicité in vitro ont démontré que le crizotinib pourrait avoir un potentiel phototoxique.

6.DONNÉES PHARMACEUTIQUES

6.1Liste des excipients

Contenu de la gélule

Silice colloïdale anhydre

Cellulose microcristalline

Phosphate de calcium dibasique anhydre

Carboxyméthylamidon sodique (Type A)

Stéarate de magnésium

Enveloppe de la gélule

Gélatine

Dioxyde de titane (E171)

Oxyde de fer rouge (E172)

Encre d’impression

Gomme laque

Propylèneglycol

Hydroxyde de potassium

Oxyde de fer noir (E172)

6.2Incompatibilités

Sans objet.

6.3Durée de conservation

3 ans.

6.4Précautions particulières de conservation

Pas de précautions particulières de conservation.

6.5Nature et contenu de l’emballage extérieur

XALKORI 200 mg gélules :

Flacons en PEHD avec un bouchon en polypropylène contenant 60 gélules.

Plaquettes (PVC/Aluminium) contenant 10 gélules.

Chaque boite contient 60 gélules.

XALKORI 250 mg gélules :

Flacons en PEHD avec un bouchon en polypropylène contenant 60 gélules.

Plaquettes (PVC/Aluminium) contenant 10 gélules.

Chaque boite contient 60 gélules.

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

6.6Précautions particulières d’élimination

Tout médicament non utilisé ou déchet doit être éliminé conformément à la réglementation en vigueur.

7.TITULAIRE DE L’AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHÉ

Pfizer Limited

Ramsgate Road

Sandwich, Kent CT13 9NJ

Royaume-Uni

8.NUMÉRO(S) D’AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHÉ

XALKORI 200 mg gélules

EU/1/12/793/001

EU/1/12/793/002

XALKORI 250 mg gélules

EU/1/12/793/003

EU/1/12/793/004

9. DATE DE PREMIÈRE AUTORISATION/DE RENOUVELLEMENT DE L’AUTORISATION

Date de première autorisation : 23 octobre 2012

Date de dernier renouvellement : 29 juillet 2016.

10.DATE DE MISE À JOUR DU TEXTE

Des informations détaillées sur ce médicament sont disponibles sur le site internet de l’Agence européenne des médicaments http://www.ema.europa.eu/.

Commentaires

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
  • Aide
  • Get it on Google Play
  • À propos
  • Info on site by:

  • Presented by RXed.eu

  • 27558

    médicaments délivrés sur ordonnance répertoriés